Arrêt de Doel 1: les Pays-Bas sont inquiets

Plusieurs partis néerlandais d’opposition ont demandé au gouvernement de La Haye d’exiger à Bruxelles un droit de regard sur la centrale nucléaire de Doel. La presse batave estime que les inquiétudes augmentent outre-Moerdijk après le nouvel arrêt du réacteur numéro 1 survenu samedi.

« Ces centrales sont si vieilles, que si quelque chose tourne mal, les problèmes ne s’arrêteront pas à la frontière », a déclaré la députée Stientje van Veldhoven (D66) au journal AD. Groenlinks demande un débat à ce sujet depuis longtemps tandis que le SP exige carrément la fermeture de la centrale. « Les installations ont à peine été remises en route qu’elles sont immédiatement tombées en panne. Nous ne pouvons pas qualifier cela de simple incident à chaque fois », a expliqué le député Eric Smaling (SP).

Le redémarrage prévu ce lundi

Le réacteur nucléaire Doel 1, qui s’était automatiquement mis à l’arrêt samedi soir à la suite d’un problème avec un alternateur, devrait être redémarré ce lundi vers 12h00, est-il indiqué sur le site de transparence d’Engie, la maison-mère d’Electrabel, exploitant du réacteur.

L’alternateur défectueux ne se trouve pas dans la partie nucléaire de la centrale. Il s’agit d’une grande dynamo où l’électricité est produite.