Liesbeth Homans (N-VA) espère que la Belgique n’existera plus en 2025

La N-VA aspire statutairement à « l’indépendance d’une république de Flandre », a lâché la ministre flamande dans une interview télévisée.

Temps de lecture: 2 min

La ministre N-VA du gouvernement flamand Liesbeth Homans a dit croire mercredi que la Belgique existera encore en 2020 mais formulé «  l’espoir » que ce ne sera «  plus » le cas en 2025. La VRT prépare une série d’anticipation sur la Belgique «  dans cinq ans » dont un extrait a été diffusé au journal télévisé de la chaîne publique flamande mercredi.

«  2020, c’est trop tôt », y indique Mme Homans au sujet de la disparition de la Belgique, en y formulant le vœu qu’un maximum de compétences aillent aux entités fédérées après les élections de 2019 «  de sorte que la Belgique disparaisse d’elle-même ».

« Amener la Belgique à disparaître d’elle-même »

La N-VA aspire statutairement à «  l’indépendance d’une république de Flandre, Etat d’une Union européenne démocratique ». Mais lors de la formation du gouvernement Michel, il avait été décidé de mettre de côté toute revendication communautaire.

Liesbeth Homans pense que ces revendications reviendront sur la table à l’issue de cette législature mais que la N-VA ne viendra pas avec l’exigence d’une réforme de l’Etat classique. «  Nous ne sommes pas demandeurs d’une énième petite réforme de l’Etat, donc, je pense qu’en 2019, il s’agira d’autre chose », a-t-elle prédit. «  La scission de la Belgique ou en tout cas le transfert aux Régions et entités fédérées d’un maximum de compétences, ce qui amènerait la Belgique à disparaître d’elle-même », a déclaré la ministre nationaliste.

L’émission est un programme original de la VRT, qui consiste à enregistrer les prédictions de différentes personnalités flamandes et de les diffuser 5 ans plus tard. Ce court extrait de l’interview de Mme Homans a été dévoilé avec l’approbation de la ministre flamande. Tout le reste sera à découvrir… dans 5 ans ! Les « prédictions » enregistrées en 2010 seront diffusées à partir de ce soir. A noter celle, pas banale, d’Alexander De Croo qui voyait à l’époque Charles Michel Premier ministre avant tout le monde.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une