Hommage à Charlie Hebdo: la présence de Johnny Hallyday fait polémique

Ce 10 janvier, place de la République, Paris rendra hommage aux victimes des attentats de janvier 2015, et notamment aux journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo.

À cette occasion, Johnny Hallyday interprétera « Un dimanche de janvier », une chanson composée par Yodelice et écrite par Jeanne Cherhal en référence à la marche républicaine du 11 janvier 2015.

Sa venue, orchestrée par le gouvernement français, suscite la polémique.

« Charb détestait Johnny »

Sur son blog, Siné, ancien collaborateur de Charlie Hebdo, a exprimé sa colère sans retenue dans un billet intitulé « Jusqu’où iront-ils dans l’ignominie ».

Dans ce dernier, le dessinateur écrit : « Charb détestait Johnny Hallyday et c’est précisément à lui que nos ’autorités’ ont fait appel pour pousser la chansonnette en son honneur : quand il y a une connerie à faire, on peut compter sur nos responsables, ils ne la ratent jamais ! »

Et d’ajouter, à France Tv : « Vous savez, à Charlie, on avait les mêmes idées à peu près sur tout, y compris sur la chanson française. On trouvait que Johnny Hallyday chantait comme une seringue, et en plus, qu’il était carrément réac’. Johnny Hallyday a été gaulliste, ou je-ne-sais-quoi, et toujours avec les gens de droite, dont Sarko. Il n’a rien en commun avec l’esprit de Charlie », ajoute-t-il.

Le Canard Enchaîné, dans sa dernière édition, a également souligné l’ironie de cet hommage rendu par « celui que Charb et ses confrères détestaient ». Ces derniers, il est vrai, ne l’avaient jamais vraiment épargné :

Johnny Hallyday n’a pas souhaité alimenter la polémique. Au contraire. « J’ai vécu ça comme tout le monde, avec beaucoup d’effroi », a-t-il déclaré à BFM TV à propos des attentats.

Et d’ajouter : « Wolinski était quelqu’un que je connaissais un petit peu, que j’aimais bien, qui m’avait souvent fait des portraits qu’il m’envoyait. C’est quelqu’un qui m’aimait bien et que moi, j’aimais beaucoup. »