Sexisme à Angoulême: voici les auteures ajoutées à la liste des nommés

Accusé de sexisme pour n’avoir pas retenu de femmes parmi les auteurs en lice pour son Grand Prix, le Festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême, prévu fin janvier, avait promis mercredi de revoir sa sélection.

Seront ajoutées à la sélection : Linda Barry, Julie Doucet, Moto Hagio, Chantal Montellier, Marjane Satrapi et Posy Simmonds.

Un appel au boycott avait été lancé par un collectif d’auteures et le mot-clé #WomenDoBD a fait son apparition sur Twitter pour vanter la qualité du travail des femmes en bande dessinée.

► Lire aussi : Le Festival de BD d'Angoulême accusé de sexisme

Plusieurs des auteurs nominés, les Français Riad Sattouf, Joann Sfar, Etienne Davodeau mais aussi les Américains Daniel Clowes et Charles Burns avaient aussi demandé, par solidarité avec leurs collègues femmes, que leur nom soit retiré de la liste de 30 personnes nominées.

Les organisateurs du festival (28-31 janvier) ont souligné que le Grand Prix est un «prix rétroviseur» qui récompense l’oeuvre d’un auteur. Or la bande dessinée a longtemps été l’apanage quasi-exclusif des hommes, «on ne peut pas tordre cette réalité», s’est défendu Franck Bondoux, délégué général de Neuvième Art, la société organisatrice.

Une seule femme, Florence Cestac, a été distinguée par le grand prix du FIBD, il y a 16 ans.

Selon l’Association des critiques et journalistes de BD (ACBD), les femmes représentent 12,4% des professionnels dans le monde francophone de la BD.