Face aux pressions, Ismaël Saidi arrête le projet contre la radicalisation

Le metteur en scène de la pièce Djihad l’annonce au Soir, dans une lettre adressée à Rudi Vervoort : «J’aspire à retourner d’où je viens, à ne rien faire d’autre qu’écrire des histoires».

Temps de lecture: 1 min

Ismaël Saidi en a gros sur le cœur. Il annonce au Soir, dans une lettre adressée à Rudi Vervoort (le ministre-président bruxellois), qu’il renonce à son projet de vidéos pour lutter contre la radicalisation, financé par la Région bruxelloise.

« J’aspire à retourner d’où je viens, j’aspire à ne rien faire d’autre qu’écrire des histoires, c’est tout ce que je veux », explique-t-il. Après la présentation de son projet, il a subi de nombreuses critiques. « Devoir répondre à des insinuations de clientélisme, de manque de transparence, d’être le “chien-chien du PS”, d’être “une marque” est beaucoup trop lourd à porter », estime Ismaël Saidi.

Il préfère donc jeter l’éponge, et demande à Rudi Vervoort de bloquer la subvention de 275.000 euros et de la proposer à d’autres personnes. Le metteur en scène de Djihad veut, lui, se consacrer uniquement à la scène.

Toutes nos informations sur Le Soir+

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une