Accueil

De Wever remet le confédéralisme à l’agenda

Le président de la N-VA a chargé deux députés de travailler sans attendre sur l’avenir institutionnel de la Flandre.

Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 5 min

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a pris tout le monde de court en annonçant, par voie de communiqué, qu’il rouvre le dossier institutionnel.

A lire sur Le Soir+: Hendrik Vuye: «Le statu quo institutionnel ne doit pas museler la N-VA»

Concrètement, le patron des nationalistes flamands a demandé à Hendrik Vuye, chef de groupe à la Chambre, et à la députée Veerle Wouters, d’avancer sur les dossiers institutionnels. Les deux élus sont chargés d’élaborer un projet « qui permette de discuter des étapes suivantes de l’émancipation flamande ». Une réflexion qui sera initiée, annonce le président de la N-VA, avec des forces internes et externes au parti. « Il s’agit d’associer des personnalités de tous bords pour préparer l’avenir institutionnel de la Flandre ».

« Approfondir le discours communautaire »

En pratique, il s’agit donc de « traduire en textes de loi le projet de confédéralisme de la N-VA » et « d’approfondir le discours communautaire ». Hendrik Vuye et Veerle Wouters devront « formuler de nouvelles propositions, qui dépassent le cadre des partis, et sont élaborées en dialogue avec la société ».

Hendrik Vuye et Veerle Wouters devant se consacrer entièrement à cette mission, ils seront remplacés à la tête du groupe parlementaire. Ils se mettront au travail dans les prochaines semaines.

À noter que cette démarche répond aux critiques, formulées ces derniers jours en Flandre, par le Vlaamse Beweging (mouvement flamand), qui reprochait à la N-VA d’avoir mis de côté ses ambitions communautaires.

« La N-VA n’a jamais laissé tomber ses revendications communautaires »

Le PS a immédiatement réagi par communiqué, en rappelant que le 20 mai 2015, sur la RTBF, Charles Michel disait : « Sur la N-VA je me suis trompé. Je me suis trompé avant les élections et j’ai fait une erreur d’appréciation comme à peu près je pense tous les observateurs francophones qui étaient convaincus qu’il ne serait pas possible pour la N-VA, après les élections, de renoncer à 100 % à son programme institutionnel et communautaire pendant les 5 prochaines années. »

Pour le PS, aujourd’hui, c’est clair : « la N-VA dit clairement qu’elle rouvre le débat institutionnel ».

Elio Di Rupo, Président du PS, a déclaré : « Charles Michel ne s’est pas trompé sur la N-VA : il a été trompé. La N-VA n’a jamais laissé tomber ses revendications communautaires. Aujourd’hui, elle affirme encore plus ouvertement qu’elle relance le débat institutionnel. Il est grand temps que le Charles Michel et le MR se réveillent : ils doivent enfin, et sérieusement, rappeler à l’ordre leur partenaire de gouvernement ! »

D’autres réactions politiques commencent à pleuvoir :

«Les intentions des nationalistes sont en voie de concrétisation et le soi-disant statut quo communautaire est une grande illusion», a mis en garde la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck. «La N-VA est au service de l’indépendance de la Flandre. Son comportement au niveau du fédéral va sans cesse en ce sens», a-t-elle affirmé.

« La N-VA prend la route vers la fin de la Belgique »

Laurette Onkelinx, de son côté, a déclaré : « Je ne suis pas du tout étonnée, mais là c’est clair, la N-VA prend la route vers la fin de la Belgique. Ils veulent arriver à cela, et ils travaillent dans ce sens au sein du gouvernement, c’est leur stratégie, lorsqu’ils s’attaquent à la sécurité sociale, ou encore lorsqu’ils font monter la tension avec la Région wallonne et la Région bruxelloise. Le MR ? ils acceptent tout. Charles Michel ? Il est l’homme qui se trompe tout le temps ».

Jean-Marc Nollet, quant à lui, n’est pas tellement surpris : « On sentait que la N-Va attendait la première occasion pour sortir… Le MR avait dit que le communautaire s’effacerait pendant cinq ans, cela aura tenu un an et demi… Voyez les déclarations de Bart De Wever, il parle comme un général qui organise ses troupes pour aller à la guerre. J’espère que le MR, cette fois, ne laissera pas passer… »

« Pas d’exigences communautaires sur la table pendant cette législature », affirme la N-VA

La N-VA ne remet pas en cause l’accord sur la mise au frigo des revendications communautaires pendant 5 ans, a-t-on fait remarquer mercredi au siège du MR après l’annonce de la N-VA. Les Réformateurs ne sont toutefois pas étonnés par la déclaration de M. De Wever dont le parti demeure nationaliste.

«  Nous sommes dans un gouvernement qui a décidé de mettre le communautaire au frigo pendant 5 ans et cela n’est pas remis en cause. Personne n’ignore que la N-VA est un parti indépendantiste et qu’elle reviendrait en 2019 avec des revendications. Ce n’est pas étonnant qu’un parti réfléchisse à son positionnement politique. Le PS le fait en formulant des propositions de gauche, le MR en formulant des propositions libérales et la N-VA avec des propositions nationalistes », a-t-on souligné.

Le MR, partenaire de coalition de la N-VA à l’échelon fédéral, n’était pas informé de cette annonce de la N-VA, a-t-on reconnu chez les nationalistes. Le parti entendait mettre les libéraux au courant ce mercredi avant une sortie publique jeudi mais des fuites dans la presse ont précipité les événements. Le MR a depuis lors été informé. «  Naturellement, ils tombaient des nues et ils étaient complètement surpris, ce qui est compréhensible. Mais nous respectons notre accord à la lettre : on ne mettra pas d’exigences communautaires sur la table pendant cette législature », a expliqué le porte-parole de la N-VA.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une