Arnaques téléphoniques: les attaques viennent du Sierra Leone et de Tunisie

Les attaques sans précédent de « ping-call » ou de spam téléphonique qui frappent la Belgique depuis dimanche continuent de plus belle ce jeudi selon Bics, l’un des leaders mondiaux dans le transport du trafic international télécom.

L’attaque

Cette arnaque consiste pour les escrocs à téléphoner à des numéros pris au hasard et à raccrocher avant que l’appelé ne puisse répondre. Ils parient sur la curiosité des gens qui, dans certains cas, vont rappeler ces numéros situés à l’étranger, ce qui va leur générer des revenus.

L’attaque a commencé dimanche avec des numéros du Zimbabwe (+263). En deux jours, un million d’appels en absence ont été passés vers la Belgique depuis ce pays. Elle a été bloquée dans la nuit de lundi à mardi mais a recommencé aussitôt depuis la Russie (+7) et la Macédoine (+389).

Les téléphones belges cibles d’escrocs

Nouveaux pays d’origines

Ce jeudi, l’attaque a à nouveau changé de pays. Elle provient cette fois de Sierra Leone (+232) et de Tunisie (+216). « Ces numéros ont également déjà été bloqués, explique Katia Gonzalez, spécialiste anti-fraude chez Bics. On détecte aujourd’hui beaucoup plus vite cette fraude car on est sur le qui-vive. On espère qu’en neutralisant rapidement ces numéros, on va réduire de manière importante le nombre de rappels et que les fraudeurs vont finir par se lasser ».

Le conseil de base reste le même : ne surtout pas rappeler des appels en absence provenant de l’étranger. Attention, les escrocs utilisent souvent des numéros africains qui ont l’avantage – de leur point de vue – de commencer par 2. Une confusion peut parfois naître – si on lit rapidement – entre un 02 (indicatif de Bruxelles) et un numéro africain commençant par 002.