Djokovic a refusé 200.000 dollars pour perdre un match en 2007

Novak Djokovic, après les révélations des médias britanniques sur des matches de tennis truqués, a déclaré qu’il avait été lui-même victime d’une tentative de corruption en 2007, lundi à Melbourne où il dispute l’Open d’Australie. Le numéro un mondial a précisé qu’il lui avait été proposé 200.000 dollars pour perdre un match.

Approché indirectement

Le Serbe a assuré qu’il avait vécu cette tentative, destinée à lui faire perdre l’un de ses matches, lors du tournoi de Saint-Pétersbourg. « J’ai été approché indirectement, par l’intermédiaire de gens qui travaillaient avec moi à l’époque. Évidemment, nous avons immédiatement dit non. La personne qui essayait de me contacter n’est même pas arrivée jusqu’à moi», a dit le N.1 mondial, qui avait déjà évoqué cette affaire par le passé.

Cette affaire prend une dimension particulière après les révélations de la BBC et du site BuzzFeed qui ont affirmé dimanche que seize joueurs étaient soupçonnés d’être impliqués dans des matches truqués au cours de la dernière décennie, dont certains sont inscrits à l’Open d’Australie. Ces médias, qui ont eu accès à des documents confidentiels, accusent également l’ATP d’avoir cherché à étouffer plusieurs affaires.

► 16 joueurs du Top 50 sont soupçonnés d’avoir truqué des matchs de tennis

« Pas de place pour le trucage »

«Les gens essaient de deviner de qui il s’agit. Mais il n’y a pas de preuve concernant des joueurs en activité. Tant que cela reste comme ça, ce ne sont que des spéculations», a dit le Serbe après sa victoire au premier tour sur le Sud-Coréen Chung Hyeon.

Le Serbe a estimé que l’image du tennis n’était pas affectée par ces soupçons de corruption. «Je ne pense pas que cela jette une ombre sur notre sport. Il n’y a évidemment pas de place pour le trucage ou la corruption dans notre sport. Nous essayons de le garder aussi propre que possible», a-t-il ajouté, estimant que les autorités du tennis avaient amélioré les moyens de lutter contre ce phénomène.

Quant au N1 belge, David Goffin il a estimé qu’il n’était pas surpris tout en insistant que la « corruption n’a rien à faire dans le tennis ».

► Goffin sur les matchs truqués: «La corruption n’a rien à faire dans le tennis»