Vers la fin de la prohibition des drogues?

L’être humain n’est plus un débutant en matière de drogue. Il est admis que nous utilisons des psychotropes depuis la découverte de l’opium; une découverte qui remonterait à 3000 ans avant J.-C. selon les premiers témoignages. La drogue n’est alors pas encore utilisée pour altérer notre perception de la réalité, mais comme antidouleur naturel. Ces substances seront ensuite associées à des rites chamaniques ou à des cérémonies funéraires avant que l’utilisation de stupéfiants ne s’étende au reste de la population, notamment sous l’impulsion d’artistes qui ne cachent rien de leur consommation et de la nature de leur influence.

La drogue fait en effet partie intégrante de la culture populaire. Elle inspire les chansons que l’on écoute, les films que l’on regarde. Il y a des fractales magnifiques, des envolées réjouissantes, des sols qui glissent sous des pieds comme des tapis, des plafonds qui s’éloignent vers le ciel à toute vitesse, des joints qui passent de main en main comme autant de calumets de la paix. Il y a d’autres films, d’autres livres. L’histoire d’une jeune femme qui tombe dans l’addiction et qu’on fait lire aux jeunes pour les inciter à la prudence, un personnage qui perd son bras à cause d’une plaie de seringue infectée, une femme qui perd la tête à cause de pilules pas très nettes.

Et voilà résumée toute l’ambiguïté de la condition du consommateur de drogues dans nos sociétés, entre fascination et dégoût.

Prohibition

Il est vrai que le « drogué » brise un sacré tabou : celui de l’interdiction. Car si l’être humain utilisait depuis longtemps des stupéfiants dans une relative tolérance, la prohibition s’installe il y a tout juste un siècle sous l’égide des États-Unis. Le pays interdit le commerce de la drogue au début du XXème siècle et organise par la suite la conférence de 1909, durant laquelle est signée la première convention internationale de l’opium. Ce traité constitue la première tentative de contrôle des psychotropes au niveau mondial.

L’interdiction s’est depuis généralisée. La politique antidrogue n’a globalement pas changé. Trois conventions des Nations unies encadrent désormais la production, le commerce et la possession de plus de 240 substances psychotropes. Selon ces conventions, les États doivent considérer l’offre de stupéfiants comme une violation de leurs lois (une infraction pénale). «   O n n’empêchera pourtant jamais l’Homme d’utiliser ces substances.  », analyse Antoine Boucher, de L’ASBL Infor-Drogues. « Croire que l’on peut y arriver, c’est faire preuve d’une grande méconnaissance de l’être humain. » De fait, on estime qu’entre 162 millions et 324 millions d’adultes âgés de 15 à 64 ans auraient déjà fait usage d’une drogue interdite au cours de leur vie. Rien qu’en Europe, ce chiffre atteint 80 millions, soit un quart de la population adulte.

Conséquences

« Malgré cette interdiction, si quelqu’un veut consommer de la drogue, il en trouvera très facilement », analyse Serge Zombeck, psychiatre spécialisé dans le traitement des toxicomanes. « La prohibition est inefficace. On sait ce que cela a donné quand on a interdit l’alcool aux États-Unis dans les années 20 et 30. », continue Antoine Boucher. « Les gens ont continué à en consommer. C’était simplement plus dangereux car ils fabriquaient eux-mêmes le produit. Résultat ? De l’alcool frelaté qui a fait beaucoup de dégâts et la création de mafias et de gangs organisés qui ont repris en main le commerce d’alcool. C’est exactement ce qu’on constate aujourd’hui avec la drogue qui ne vit que dans l’économie clandestine, sans aucun contrôle de qualité possible. » Une qualité pourtant inégale puisque pour ces mafias tout l’intérêt réside dans la création de substances les plus addictives possibles, afin d’inciter les consommateurs… à consommer. Les produits deviennent de plus en plus forts avec, parfois, des mauvaises surprises à la clé. « C’est l’une des conséquences de la prohibition : moins une drogue est légalisée, plus elle est concentrée en produit actif. » Dans le monde, on estime que 40 décès par million de personnes sont dus à la drogue chez les 15-64 ans, en grande partie causés par le surdosage, plus communément appelé « overdose ».

Infographie1

Infographie2

D’où le constat d’Infor-Drogues : la politique d’interdiction nuit à la santé publique. « Imaginez-vous consommer aujourd’hui une boisson alcoolisée sans connaître le volume d’alcool contenu dans votre bouteille ? C’est pourtant ce qu’il se passe quand on consomme des stupéfiants : on ne peut pas savoir le taux de substance active contenue dans la dose absorbée. » Le constat de Serge Zombeck n’est pas différent. « Avec la politique de répression actuelle, on ne protège les citoyens mais on ne les responsabilise pas non plus. On ne permet pas de les faire grandir intellectuellement. C’est pourtant à eux de décider ce qu’ils veulent pour leur vie en tant qu’adulte responsable. »

Pire encore, la prohibition, qui marginalise les consommateurs, renforce les raisons qui poussent certaines personnes à consommer. D’autant que, si l’infraction pénale est supposée s’appliquer uniquement à ceux qui vendent les produits, ce sont souvent les simples consommateurs qui en font les frais. « Les lois ne sont pas assez claires. On est supposé pénaliser les gens qui « détiennent » des produits, pas ceux qui en « consomment » ! Punir les personnes qui consomment, cela signifie pénaliser des gens qui ne font du mal ni aux autres, ni à à la société. Quand on sanctionne les consommateurs, on les désocialise et on les déstructure encore plus, ce qui est dramatique car l’usage de drogues est parfois lié à un mal-être, à une difficulté à faire face à certains événements. Au lieu de soutenir des personnes déjà fragiles, on les enfonce. », explique Antoine Boucher. « Certains consomment aussi parce que leur vie est difficile et stressante. Les hommes politiques préfèrent dire que consommer est dangereux et qu’il faut maintenir l’interdiction plutôt que d’admettre que la consommation a parfois ses racines dans le monde qui nous entoure, ce à quoi ils peuvent, et devraient, concrètement faire quelque chose. », enchérit Serge Zombeck.

Légalisation

Face à ces constats, plusieurs États ont modifié leur politique antidrogue au début des années 2000. Le cannabis est la première drogue à bénéficier des faveurs de la légalisation. C’est d’abord l’usage médical de la marijuana qui est reconnu dans certains pays tels que l’Espagne en 2003. D’autres pays étendent la légalisation à la simple possession de cannabis et ouvrent ainsi la voie à l’autorisation d’un usage récréatif, comme l’État du Colorado en 2012. Un an plus tard, l’Uruguay devient le premier pays à autoriser complètement la production et la vente de cannabis.

Comment ne pas citer également le Portugal, seul pays au monde à avoir décriminalisé toutes les drogues et avoir prévu des aides psychologiques et financières pour les dépendants, révolutionnant par là le regard que l’on porte sur eux. Si le mouvement est lent, le changement instauré par ces nouvelles lois est quant à lui irréversible. Pour la première fois en un siècle, la prohibition perd un peu de son ampleur.

Dans les pays où le cannabis est devenu légal, les politiques de santé publique sont améliorées, grâce notamment à des messages de prévention impossibles à imaginer dans des pays où la drogue est interdite. « Ça permet de faire sauter le tabou et d’en parler. Aujourd’hui, beaucoup de parents se sentent légitimes pour évoquer la consommation d’alcool avec leurs enfants mais n’osent pas aborder le sujet de la drogue avec eux et encore moins parler de leur propre consommation. », soutient le psychiatre Serge Zombeck.

L’exemple des Pays-Bas est également révélateur. Bien que la drogue y soit toujours interdite, la tolérance pour les consommateurs y est plus grande depuis les années 70. « Ce système est plus cohérent. La consommation est cadrée, les adultes peuvent consommer dans les coffee-shops. Un des arguments des opposants était que la consommation allait exploser. C’est faux. Elle a même diminué et surtout chez les jeunes.  », analyse Antoine Boucher. Outre le contrôle plus facile de l’âge des consommateurs avec ce système, l’attrait de l’interdit et de la transgression, qui entre fortement en ligne de compte quand il s’agit de consommer des substances illicites à cet âge, disparaît. « À l’opposé de cela, on reçoit chez Infor-Drogues des adultes qui n’ont pas osé consommer durant leur adolescence et qui sont très surpris et même déçus des effets après avoir tiré sur un joint. Ils expliquent qu’ils n’ont presque rien senti alors qu’ils s’attendaient à des effets plus forts vu l’interdiction… »

Infographie3

Si la Belgique ne s’aligne pas sur l’exemple de son voisin, le pays met en place dès 2003 un régime de reconnaissance d’un « usage personnel » de cannabis (au maximum trois grammes par personne) pour les majeurs de plus de 18 ans. Cet usage personnel qui fait l’objet des sanctions les plus faibles. Déjà flou par plusieurs aspects, notamment l’interdiction du caractère « ostentatoire » de la consommation, ce régime de relative tolérance est mis à mal en 2014 lorsque le gouvernement proclame la tolérance zéro pour les consommateurs adultes en rue.

Deux poids, deux mesures

Il est pourtant des drogues qui n’ont jamais rencontré de problèmes pour être autorisées. L’alcool et le tabac sont présents dans tous les supermarchés, à portée de toutes les mains et de presque toutes les bourses. « À la base de l’interdiction, on pourrait croire qu’il y a cette idée que les drogues sont dangereuses pour la société. Comme si l’alcool ou le tabac ne tuaient pas.  », interroge Serge Zombeck. « L héroïne et les autres opiacés sont bien moins dangereux pour la santé physique que l’alcool, qui détruit des cellules jusqu’à arriver à la cirrhose dans les cas les plus extrêmes. », continue-t-il. « D’un point de vue psychique par contre, certaines drogues illicites sont effectivement nocives, comme le cannabis qui est malheureusement consommé dans des doses plus fortes aujourd’hui, ce qui augmente la survenue de psychoses. » Et de renfoncer le clou. « Les médecins et psychiatres ont une responsabilité là-dedans car ils axent leurs discours uniquement sur la dangerosité des produits, ils créent donc une inertie nocive pour leurs patients. Les produits sont dangereux car, du fait de leur interdiction, on ne peut pas les réglementer. »

Infographie4

« L’alcool et le tabac sont évidemment toxiques. » acquiesce Antoine Boucher. « Ce sont deux des drogues les plus dures en termes de dépendance et des conséquences sur la santé physique. O n peut les comparer à l’héroïne, sauf que l’héroïne est prohibée : le consommateur ne sait pas ce qu’il s’injecte, il ne peut pas utiliser cette substance dans de bonnes conditions, il doit se cacher, etc. ».

Les drogues sont généralement différenciées selon deux catégories, en tant que drogue dure ou douce, en fonction de la dépendance qu’elles engendrent. Pourquoi interdit-on encore des drogues moins dangereuses que l’alcool et le tabac, qui restent autorisées malgré accoutumances et les dégâts physiques que l’on connaît ?

« Ce qui est sûr, c’est que la dangerosité d’une drogue n’est pas la raison de son interdiction. Il y a à ce propos plusieurs théories, c’est très difficile d’avoir les vraies raisons de ce deux poids deux mesures. », continue Antoine Boucher. « . À propos du cannabis par exemple, les opposants disaient que cela rendait le consommateur violent au début ; aujourd’hui on entend que cela le rend apathique. Il s’agit pourtant du même produit. Cela ne tient pas la route. Parmi les explications qui reviennent le plus souvent, il y a la chasse que les États-Unis ont décidé de mener aux immigrants, au premier rang desquels les Mexicains qui écoulaient de la marijuana dans le pays et les Chinois, qui faisaient du commerce avec l’héroïne. Une autre explication serait à chercher dans l’industrie pharmaceutique qui commence à se développer à l’époque du début de la prohibition des drogues et qui voit d’un mauvais œil l’utilisation de certains remèdes naturels.  ». Serge Zombeck a lui une autre explication. « Je pense qu’il y a aussi une explication culturelle : on ne doit pas utiliser la drogue de l’Autre, de l’étranger. Quand on dit que l’alcool est une drogue légale, cela ne vaut que pour beaucoup de pays. À d’autres endroits, l’alcool est interdit ou alors sa consommation est mal connotée. Il y a cette conception que les pays du Nord ne devraient pas utiliser les drogues des pays du Sud et vice versa. »

Dépendance

Drogue et dépendance, ces deux sujets semblent donc intrinsèquement liés. Or, tous les consommateurs de drogues ne deviennent pas dépendants. Selon le psychiatre Serge Zombeck, « On estime que 10 % des consommateurs ne vont pas réussir à gérer leur usage des produits et vont tomber dans la dépendance. »

Infographie5

Le chercheur et écrivain anglais Johann Hari a lui aussi une petite idée sur le sujet. Lors d’une conférence, il explique : « Si je me fais percuter par une voiture et que je me casse la hanche, je vais être emmené à l’hôpital et on va me donner des grandes quantités de diamorphine. La diamorphine est de l’héroïne. C’est même de l’héroïne de meilleure qualité que celle que vous pouvez acheter dans la rue, car la drogue du dealer est coupée avec d’autres choses. Si ce qu’on nous dit sur l’addiction est vrai, je suis supposé devenir dépendant après mon séjour à l’hôpital. Ce n’est pourtant pas le cas, cela se saurait. »

Pour confirmer ses dires, celui-ci évoque une expérience menée par un professeur de psychologie de l’université de Vancouver, Bruce Alexander. Celui-ci est parti d’une ancienne expérience, où l’on mettait un rat dans une cage en lui donnant le choix entre deux bouteilles d’eau, une bouteille d’eau pure, une autre d’eau mélangée à de l’héroïne ou de la cocaïne. Dans ces conditions, le rat préférera presque toujours l’eau coupée à la drogue et se tuera rapidement. Dans les années 70, le professeur Alexander décide de tenter autre chose. Remarquant que la cage du rat était vide et que l’animal ne pouvait rien faire d’autre que consommer la drogue, il décide d’utiliser une cage plus agréable, avec du fromage, des jeux et des congénères pour les animaux, qui reçoivent le choix entre les mêmes deux bouteilles d’eau. Le résultat de l’expérience change alors drastiquement. La plupart des rats n’apprécie pas l’eau mélangée à la drogue et aucun d’entre eux ne l’utilise compulsivement. Il n’y a aucune overdose dans cette nouvelle cage.

À la même époque a lieu la Guerre du Vietnam, durant laquelle on estime que 20 % des soldats utilisaient de l’héroïne. À leur retour, 99 % d’entre eux arrêtent leur consommation de drogues. « Et si l’addiction n’était pas causée par les substances actives contenues dans les drogues ? Et si l’addiction était causée par votre cage ? », continue Johann Hari. « L’être humain a un besoin naturel de se connecter avec d’autres. Si on est heureux, on peut le faire facilement. Si on n’y arrive pas, on va chercher des solutions pour se soulager. Cela peut être dans le jeu, cela peut être dans la pornographie, cela peut être avec de la cocaïne. Je regarde autour de moi et je vois que beaucoup d’entre vous ont une bouteille d’eau près d’eux. D’une manière totalement légale, cette bouteille d’eau pourrait très bien être une bouteille de vodka, n’est-ce pas ? Nous pourrions d’ailleurs tous être saouls en ce moment… mais nous ne le sommes pas. Vous ne le faites pas car vous avez des liens : vous avez un travail que vous aimez, vous avez des gens que vous aimez, vous avez des relations saines, alors que le cœur de la dépendance, c’est de ne pas supporter d’être présent de cette manière dans sa vie.  »

Si nos vies ressemblent de plus en plus à des cages vides, est-ce de notre propre faute ou faut-il élargir le spectre d’analyse ? Pénaliser individuellement le seul consommateur de drogue, est-ce une logique compatible avec ce que l’on souhaite construire collectivement, en tant que groupe ? Des questions auxquelles il est difficile de trouver une réponse unique mais qui élargissent la réflexion.

Johann Hari termine : « Au lieu de menacer les liens que le dépendant possède, attitude que l’on a depuis un siècle, il faudrait les renforcer. Je ne dis pas que c’est facile, mais j’essaie maintenant de faire comprendre à tous mes proches dépendants que je tiens à approfondir ma relation avec eux. J’essaie de leur dire que je les aime, peu importe qu’il se drogue ou pas, peu importe l’état dans lequel ils sont et que s’ils ont besoin de moi, je serai auprès d’eux. Ils ne seront pas seuls. Cela fait 100 ans maintenant que nous avons déclaré la guerre aux dépendants. Nous aurions dû les aimer à la place. Le contraire de l’addiction n’est pas la sobriété. Le contraire de l’addiction, c’est la connexion. »