Mons: Ismaël Saidi, du théâtre à la littérature

Ismaël Saidi, auteur de la pièce « Djihad », était à Mons pour rencontrer des élèves de l’Institut d’enseignement secondaire paramédical provincial. Les échanges autour de son livre « Les aventures d’un musulman d’ici » ont été une belle rencontre.

Temps de lecture: 3 min

Stressé, mais heureux. C’est l’état d’esprit d’Ismaël Saidi, ce mercredi, alors qu’il rencontre les 125 élèves de 4e année technique de qualification à l’Institut d’enseignement secondaire paramédical provincial (IESPP) à Mons. Stressé, «  parce que, pour la première fois, la rencontre se fait autour de mon livre, Les aventures d’un musulman d’ici, et que je suis tout seul dans votre école, alors qu’habituellement, ce sont les étudiants qui viennent “chez moi”, pour me voir sur une scène. J’ai l’impression d’être en slip devant vous. Comme vous avez lu mon livre, vous savez beaucoup de choses de moi, alors que je ne sais rien de vous.  »

Les étudiants ont effectivement tous lu son livre, lecture imposée dans le cadre de cinq cours : français, histoire, géographie, sciences sociales et science économique. «  Qu’est ce que ce bouquin f… en science économique ?  », s’étonne l’auteur, producteur et comédien bruxellois de la pièce Djihad . «  On a parlé des déplacements et du premier type de migration  », précise un prof. Migration économique dont Ismaël Saidi, né à Bruxelles, a entendu parler par son père, arrivé en Belgique à la fin des années 60. Au départ de ses propres souvenirs et de ceux de ses parents, Les aventures d’un musulman d’ici racontent l’enfance et l’adolescence de celui qui se définit comme «  un Européen musulman  ».

La rencontre organisée par Nadège Vandamme, professeur de sciences sociales, constitue une réponse pédagogique à des prises de position parfois dures de la part de jeunes, au lendemain de l’attentat de Charlie Hebdo à Paris. «  J’ai été interpellée par l’une d’elles qui était particulièrement virulente. Puis j’ai eu l’occasion d’emmener quelques élèves voir la pièce Djihad à Colfontaine. Dont le jeune qui m’avait dit que les mécréants de Charlie Hebdo l’avaient bien cherché. Après avoir vu la pièce, le jeune en question m’a dit qu’il voudrait en savoir plus sur le sujet et m’a demandé comment s’y prendre. J’ai alors contacté Ismaël Saidi, en mai dernier, et il m’a dit que son livre devait sortir en septembre. Comme je le trouvais trop cher pour les élèves, l’éditrice m’a proposé d’en faire une édition spécifique pour le public scolaire, pour un prix réduit de moitié ou presque.  »

La prof de sciences sociales a pu observer les effets positifs de sa lecture sur les jeunes musulmanes et sur leurs relations aux autres. «  A la suite des attentats, elles se refermaient sur elles-mêmes, tentaient de se faire oublier. Au fur et à mesure, on les a vues s’ouvrir. Les autres élèves leur demandaient des explications sur certains passages et sur des aspects de leur culture. Aujourd’hui, elles assument leur religion et s’investissent même avec leur maman dans les préparatifs de la journée portes ouvertes de l’école.  »

A l’issue de la rencontre, huit jeunes filles lisent le texte que leur a inspiré l’autobiographie de l’auteur bruxellois. Il parle d’ouverture, de respect, de tolérance, de solidarité. Très ému, Ismaël Saidi y voit «  les seules réponses plausibles à la marginalisation et au rejet de l’autre.  »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une