La Boverie est terminée

Erigé en 1905 pour l’exposition universelle de Liège, le musée d’art moderne a conservé toute sa majesté. Construit dans un écrin de verdure, il trône depuis un siècle au milieu du parc de la Boverie et a abrité les collections des beaux-arts de la ville. Mais il avait besoin d’une sérieuse rénovation pour pouvoir rivaliser avec les plus grands.

C’est au célèbre architecte français Rudy Ricciotti (à qui on doit le musée des Civilisations de Marseille) et au bureau pHD de Liège que le chantier a été confié. Il a duré deux ans et vient de se terminer. Le résultat est à la hauteur des espérances.

Une annexe flottante

Soucieux de préserver la beauté du bâtiment historique et du parc qui l’entoure, le seul changement qu’ils se soient permis est cette annexe construite sur la façade arrière du bâtiment, face à la Dérivation.

« C’était déjà un mur aveugle à l’époque, explique l’échevin de la culture Jean-Pierre Hupkens. Les concepteurs avaient sans doute prévu une extension possible. »

Grande de 1.000 m² et haute de huit mètres, toute vitrée, elle semble flotter dans l’air. Elle propose un espace d’exposition unique où la lumière arrive de partout. « Et une fois l’obscurité venue, les lumières des voitures et des maisons du quai Mativa, et leurs reflets dans l’eau de la Dérivation, lui donnent un caractère encore plus magique », reprend l’échevin.

Sur la façade latérale, face à la roseraie, un « miroir d’eau », comme l’a baptisé l’architecte Paul Hauteclair, a été créé. Un bassin qui n’aura que cinq centimètres d’eau mais qui pourra servir pour des expositions en plein air.

À l’intérieur, on n’a pas touché du tout aux structures de l’ancienne grande salle, « mais on a refait complètement le sol en béton lissé, et repeint les murs et les colonnes en blanc. »

Sur le côté Meuse, on trouve un espace « jeunes artistes » pour leur donner un coup de pouce, une belle cafétéria accessible au grand public et une librairie attenante. Le tout accessible directement depuis l’entrée principale sans payer d’entrée.

Au rez-de-chaussée (niveau premier), on trouve alors à nouveau 1600 m² pour accueillir la collection permanente de la Ville de Liège et tous ses trésors (voir ci-dessous). Ainsi qu’un auditorium de 160 places.

L’accès le plus simple à la Boverie sera pédestre ou cycliste grâce à la nouvelle passerelle qui sera inaugurée fin mars. Les cars pourront amener leur lot de visiteurs et iront se garer sur le boulevard de l’Automobile. Quant aux automobilistes, ils devront stationner sur la rive gauche ou à la Médiacité. Le nouveau musée baptisé « La Boverie » sera inauguré le 4 mai et suivi de trois jours de fêtes au Centre-Ville.