Les pays membres de Schengen souhaitent pouvoir contrôler leurs frontières durant deux ans

Les ministres européens chargés de la migration ont demandé à la Commission européenne d’entamer les préparatifs pour l’extension des contrôles aux frontières nationales au sein de l’espace de libre-circulation. Schengen jusqu’à deux ans maximum. Les ministres en ont débattu lors d’une réunion informelle sur la crise des réfugiés lundi à Amsterdam.

« Les Etats membres ont demandé à la Commission européenne de préparer une base pratique et législative pour la prolongation des contrôles frontaliers », a déclaré le secrétaire d’État néerlandais Klaas Dijkhoff à l’issue de la réunion. Certains pays comme l’Allemagne ou l’Autriche ont réintroduit le contrôle le long de leurs frontières afin de garder sous contrôle le flux de migrants arrivés dans l’Union européenne via la Grèce. Or cette mesure temporaire arrivera à échéance en mai. Les contrôles des frontières nationales au sein de l’espace Schengen ne peuvent être prolongés que si les États membres estiment que les contrôles aux frontières extérieures sont insuffisants. Ceux-ci souhaitent désormais que la Commission européenne commence à élaborer cette procédure.