Tunnels bruxellois: un diagnostic inquiétant dressé dès 2013

B ruxelles Mobilité a procédé un à un diagnostic sur les dispositions de sécurité de 25 tunnels routiers de son réseau entre juillet 2009 et décembre 2010. La synthèse du diagnostic montre que la plupart de ces tunnels ne présentent pas les caractéristiques aujourd’hui requises en matière de sécurité. » Cette affirmation abrupte constitue la première phrase d’un rapport, daté de mars 2013, sur l’état des tunnels bruxellois. Grâce à un vent favorable, « Le Soir » a pu consulter le contenu de ce document, dont le titre exact est « Masterplan pour la mise en sécurité et la rénovation des tunnels gérés par la Région bruxelloise ».

Le document évalue la durée et le coût des rénovations nécessaires pour les infrastructures. Certains passages sont assez alarmants, par exemple : « Le risque d’une défaillance sévère pouvant nécessiter la fermeture d’un tunnel sans solution ne peut être écarté ». La conclusion est sans appel : « Ces mesures d’urgence (5,5 millions d’euros débloqués pour des travaux suite à une phase antérieure du rapport, NDLR) ne sauraient toutefois se substituer à la rénovation des tunnels. Elles sont prévues pour tenir compte du temps nécessaire à la réalisation des travaux importants. »

Sont considérés comme des priorités, « eu égard aux risques qu’ils présentent » : le tunnel Léopold II, Belliard et Loi. Dans la conclusion, le Stéphanie n’est pas listé dans les « urgences ». Le Léopold II est un cas spécifique, puisque le document précise qu’il a fait l’objet d’une décision de rénovation « urgente » par le gouvernement bruxellois… le 29 mars 2012.

Ce masterplan détaillé est tombé aux oubliettes. Selon nos informations, dûment recoupées, il a été évoqué plusieurs fois lors de réunions intercabinets (entre les membres des différents cabinets, pas entre les ministres). La dernière fois, c’était en mars 2013. Certaines sources évoquent des réunions jusque-là fin de l’année, mais c’est démenti par le cabinet de Rudi Vervoort, selon lequel il n’y a eu aucune réunion en intercabinets sur le sujet après son arrivée, en mai 2013. Toujours d’après le cabinet, le ministre-président n’a pris connaissance du masterplan 2008-2010 (la première phase de l’étude, visiblement, puisque notre document – 2e phase – date de 2013) que lundi dernier.

Ainsi, le document n’a jamais atterri sur la table du gouvernement, il est resté bloqué en amont.