Valls sur le terrorisme: «Je n’ai jamais douté de la force du gouvernement belge»

A la sortie du sommet franco-belge sur la lutte contre le terrorisme, lors d’un entretien diffusé sur RTL-TVI, Charles Michel et Manuel Valls ont salué la coopération déjà existante entre la France et la Belgique : « Je n’ai jamais douté de la force et de la détermination du gouvernement Belge », a souligné Manuel Valls.

« La coopération effective sur le terrain fonctionne bien mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas perfectible », a affirmé de son côté Charles Michel.

Échanger les fiches S

L’annonce la plus importante concerne le renforcement des échanges d’informations entre les enquêteurs et les procureurs français et belges. Pour Manuel Valls, les fiches de renseignement « doivent pouvoir être croisées ».

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon nous a confirmé par la suite que les enquêteurs belges auront accès à toutes les fiches S concernant les personnes radicalisées ou parties combattre en Syrie et inversement.

Il ajoute que les djihadistes et les « returnees » seront soumis au contrôle biométrique, notamment pour lutter contre l’usage de faux passeports.

Enfin, sur l’espace Schengen, le Premier ministre a affirmé que la libre circulation ne pourra être garantie qu’avec « un meilleur contrôle aux frontières ».

Un sommet franco-belge

Le Premier ministre belge Charles Michel a accueilli lundi en fin d’après-midi son homologue français Manuel Valls au Château de Val Duchesse, afin d’aborder la collaboration des deux pays en matière de lutte contre le terrorisme et le radicalisme.

Ce sommet franco-belge a lieu dans la foulée des attentats qui ont frappé la France le 13 novembre dernier et largement ébranlé la Belgique, quatre des neufs terroristes s’avérant être d’origine belge.

Charles Michel et Manuel Valls étaient accompagnés de leurs ministres de l’Intérieur, respectivement Jan Jambon et Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Koen Geens et Jean-Jacques Urvoas, pour dresser un bilan de leur coopération.