L’immobilier de prestige français bombe à nouveau le torse

L’immobilier de prestige français reprend des couleurs. Un secteur qui a beaucoup souffert de la crise et qui a mis des années à s’en remettre. Aujourd’hui, les prix ont été revus à la baisse, parfois de manière drastique. C’est ce qui a permis au marché de reprendre. « 2015 a enfin vu l’immobilier de luxe se redresser en France, explique Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International Realty. La reprise a été notée tant sur le marché des résidences principales que secondaires. »

Les raisons de cette reprise sont doubles. Primo, la baisse des prix évoquée plus haut. « De l’ordre de 15 à 20 %, elle a assaini le marché en même temps qu’elle l’a redynamisé, expose Alexander Kraft. Du coup, on a assisté au retour des acheteurs français qui profitent également des taux de crédit extrêmement bas et d’un grand choix de propriétés. Les Français peuvent à nouveau s’offrir le bien dont ils rêvent depuis longtemps. »

Rien qu’en province (hors Paris donc), Sotheby’s a ainsi enregistré un volume de vente de près de 340 millions d’euros, soit 329 transactions à un prix moyen de 1,03 million d’euros, à travers son réseau de 40 agences disséminées partout dans l’Hexagone (hors Paris).

Deuxième raison du redressement de l’immobilier de prestige : les étrangers. « Les Moyen-Orientaux, les Proche-Orientaux, les Américains, les Asiatiques et les Britanniques sont encore présents chez nous, surtout à Paris, car les prix y sont moins élevés que dans d’autres grandes métropoles internationales telles que Hong Kong, New York, Londres ou Genève, avance-t-on chez Sotheby’s International Realty. Ces étrangers sont également attirés par la quasi-parité euro-dollar et par le grand nombre de biens qui sont sur le marché. »

Pour ce qui est de Paris, Alexander Kraft et ses collaborateurs ont enregistré en 2015 plus de 100 ventes haut de gamme, avec un prix moyen de vente qui s’élève à 1,85 million d’euros. Un chiffre qui a de quoi faire pâlir d’envie les agences spécialisées dans le luxe en Belgique. « Depuis la rentrée 2015, nous avons pu noter un retour à la normalité sur le marché du luxe, conclut notre interlocuteur. Notre volume de ventes pour le dernier trimestre 2015 est de plus de 165 millions d’euros, soit une augmentation de… 157 % par rapport au dernier trimestre 2014. Rien qu’au cours des trois derniers mois de l’année écoulée, nous avons pu vendre trois hôtels particuliers parisiens à environ 10 millions chacun, et une villa de 700 m2 sur la Côte d’Azur pour plus de 23 millions… »

2016 s’annonce très bien avec des transactions de plus de 120 millions déjà sous contrat. Sotheby’s vend également des propriétés à l’étranger. Sachez ainsi que l’ancienne propriété de Michael Jackson à Montecito est toujours à vendre pour 100 millions de dollars (92 millions d’euros), tout comme la ferme de Tom Cruise dans le Colorado (54,5 millions d’euros) ou la propriété de Jeff Bridges en Californie (27,2 millions d’euros).

Mais pour trouver le bien le plus cher au monde présent dans le portefeuille de Sotheby’s, il faut aller dans le Texas où un ranch qui s’étale sur un domaine de 200 hectares est à vendre pour… 725 millions d’euros. Soit 668 millions d’euros. Un amateur ?