La biodynamie: un peu de magie dans votre vin

Continuons notre route sur les différents types de vins. Après les vins conventionnels, issus de l’agriculture raisonnée ou vins bio, c’est au tour des vins biodynamiques.

La biodynamie, plus large que la simple viticulture, est un courant général qui s’applique sur toute l’agriculture. L’origine de la biodynamie vient d’un cycle de conférences donné par Rudolf Steiner en 1924 à des agriculteurs Polonais. Aujourd’hui cela concerne environ 450 domaines dans le monde dont 200 en France dont voici les porte-drapeaux : Domaine Leroy & Domaine de la Romanée–Conti (Bourgogne) / Domaine Zind-Humbrecht (Alsace) / Maison Marcel Chapoutier (Côte du Rhône) / Domaine de l’écu (Loire).

Définition (par Demeter, principal label du courant biodynamique)

«  Les vins biodynamiques sont des vins qui suivent les principes de l’agriculture biodynamique pour la viticulture et la vinification. L’agriculture biodynamique est un mode d’agriculture biologique qui considère que des aliments de qualité ne peuvent être produits que sur une terre en pleine santé. L’utilisation massive de produits chimiques en agriculture pendant plusieurs décennies a appauvri la qualité des sols et des plantes.

En favorisant une plus grande biodiversité des sols et en renforçant la santé des plantes, la biodynamie est une agriculture durable par excellence » (Demeter)

Explication : une théorie ésotérique définissant la nature comme un être vivant, multidimensionnel

La base de la biodynamie est amour de la nature et l’envie de la travailler le plus naturellement possible. Les viticulteurs biodynamiques, ne se reposent pas sur une théorie scientifique, mais sur une théorie ésotérique. La terre est vue comme un ensemble vivant et le viticulteur s’efforce de favoriser la vie des sols qui en retour lui donneront de beaux raisins. Au lieu de traiter la maladie, on s’efforce de corriger le déséquilibre qui crée cette maladie. La biodynamie allie une part de mystique avec une part de rationnel. Elle estime que les différents éléments (air / terre / cosmos) sont interconnectés. Et qu’il faut une approche totale pour arriver au meilleur résultat. Ses trois éléments fondamentaux sont l’utilisation de préparations à pulvériser, de préparations à compost (infusions) et le respect du calendrier lunaire.

Les préparations à pulvériser, sont 2 types de préparation qui fermentent pendant une saison dans des cornes de vache avant d’être mélangée à de l’eau et être pulvérisées.

Les préparations de compost, sont des préparations où des plantes fermentent dans des organes animaux. Elles sont ensuite mélangées à la matière à composter.

Le calendrier lunaire détermine quelles sont les périodes qui sont les plus propices pour les traitements de la fleur, le fruit, la racine.

Bio et biodynamique : quelles sont les différences ?

Tous les Biodynamistes, sont nécessairement bio. L’accréditation bio est un prérequis pour pouvoir demander la reconnaissance biodynamique. Les vignerons devront ensuite se conformer à une série de règles supplémentaires bien plus contraignantes en vinification et l’obligation d’utiliser des méthodes particulières d’agriculture (préparations spéciales à vaporiser et à infuser dans le compost / respect d’un calendrier lunaire).

Dans la vinification, les conditions sont beaucoup plus restrictives. On ne peut pas, par exemple, utiliser de levures externes, de bactéries lactiques… La biodynamie est donc plus bio que le bio, et propose une approche plus « dynamique » que l’approche légale du bio. C’est probablement une conséquence de l’indépendance de Demeter. Pas de compromis, juste l’envie d’aller au bout de ses croyances.

Pour beaucoup la biodynamie peut paraître loufoque, mais elle est très sérieuse. La marque de certification, Demeter, existe depuis 1927 et est active dans le monde entier. Les agriculteurs biodynamiques suivent des formations officielles. Enfin un certain nombre de pratiques biodynamique sont reconnues par la certification biologique. Un nouveau label, Biodyvin est apparu en 1995.

Conclusion : de la magie qui rend le vin encore plus délicieux

La plus grande force de la biodynamie est sa plus grande faiblesse : il n’y a rien de scientifique dans ses pratiques. C’est cela qui la rend si belle. Enfin un mode de culture et de vinification ou le résultat n’est pas déterminé par un laboratoire, mais bien par l’interaction entre le vigneron et son environnement, sa vigne, son raisin, le jus qui en découle… Cela rend quelque chose de magique dans ce breuvage magnifique qu’est le vin.

Alors au diable, s’il n’y a pas de grande enquête scientifique pour prouver l’influence de ces pratiques ! Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’influence, mais bien que la science n’ait pas encore prouvé son impact. Par contre, on remarque que les domaines en biodynamie ont tendance à proposer de très beaux vins. Même le grand maître Parker en est convaincu. Alors, tant pis si ce n’est pas la corne de vache qui donne le bon goût au vin, ou la position de la lune tant qu’il y a un peu de magie. Le plus important c’est que ce soit bon, honnête, authentique et que ce soit grâce au vigneron que ce vin soit bon ! Et pas grâce à un laboratoire œnologique où on ne boit pas de vin.

Sur le même sujet
ViticultureFrance