Près de 20.000 lobbyistes travaillent à Bruxelles

Pour certains ils font flamber les prix de l’immobilier. Pour d’autres, ils permettent à Bruxelles d’être autre chose qu’une petite ville de province française. La Région tente d’y voir plus clair. Série 1/5.

Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Bruxelles, capitale de l’Europe. Une évidence pour le monde entier. Seulement, la relation entre les deux entités est parfois difficile à évaluer. Si certains critiquent la présence d’institutions internationales qui feraient flamber les prix de l’immobilier, d’autres aiment à rappeler que Bruxelles ne ressemblerait qu’à une petite ville de province française sans la présence des institutions.

Afin de tenter de mieux évaluer l’impact de l’Europe mais également des institutions internationales comme l’Otan, la Région bruxelloise a voulu mener une étude chiffrée. La tâche n’a pas été évidente car les données fiables manquent souvent et sont éparpillées dans différents services. Ainsi l’étude « Bruxelles-Europe en chiffres » clarifie l’importance d’une politique bruxelloise à destination de l’international.

On compte aujourd’hui 20 organisations de l’Union européenne et 42 organisations intergouvernementales. Près de 20.000 lobbyistes travaillent aussi dans la capitale et on dénombre 29 écoles internationales qui accueillent 22.772 élèves.

Quelque 8.686 organisations de lobbying ou de lobbyistes individuels sont inscrites dans le registre des institutions européennes et elles disposent d’un budget de fonctionnement estimé à 160 millions d’euros.

Par ailleurs, La Région est le terrain de jeu de 979 journalistes étrangers et 5.400 diplomates.

Parmi les 20 organisations de l’Union européenne, certaines viennent directement à l’esprit comme le Parlement européen, la Commission européenne ou encore le Conseil européen. D’autres se font un peu plus discrètes, comme le Comité économique et social européen (CESE) ou le comité des Régions. Et enfin, d’autres sont carrément inconnues du grand public. C’est le cas de la Direction générale Centres communs de recherche, l’équipe d’intervention en cas d’urgence informatique ou l’Office européen de sélection du personnel (EPSO).

Le lobbying influence également la vie de la capitale. 28 % des organisations enregistrées au Registre de transparence des lobbyistes disposent d’une implantation à Bruxelles. Parmi elles, 25,8 % sont des ONG et 65,1 % sont soit des lobbies des entreprises, soit des associations professionnelles. Le Registre estime que le budget de toutes les organisations de lobbying se situe dans une fourchette de 953 millions à 1,169 milliard d’euros et pour Bruxelles, il est compris entre 256 millions et 298 millions d’euros.

Avec tant d’organisations, les journalistes affluent dans notre capitale. A l’occasion des sommets européens, le nombre de journalistes enregistrés auprès du Conseil se situe entre 1.200 et 1.700 dont 60 % dont déjà accrédités auprès de la Commission et du Parlement.

Dans le registre d’accréditation, on retrouve principalement des journalistes belges (137), allemands (102), français (85), britanniques (83) et italiens (66). En 2015, on a compté également 82 techniciens, 144 cameramen. En tout 478 médias ont été représentés dont 99 chaînes de télévision et 191 journaux.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une