L’armement belge pèse 2,8 milliards d’euros

Le chiffre d’affaires du secteur de l’armement impressionne : 2,8 milliards d’euros en 2014. Et pourtant, il est probablement sous-estimé. C’est que l’industrie de la défense et de la sécurité sait se faire discrète.

Quoi qu’il en soit, les chiffres livrés par la fédération de l’industrie technologique et corroborés par le Grip (Groupe de recherche pour la paix et pour la sécurité) offrent une photographie intéressante du secteur.

1,8 milliard pour la Wallonie

La Wallonie, dominante avec 1,8 milliard de recettes, est ainsi essentiellement concentrée vers la production d’armes au sens strict tandis qu’en Flandre (0,8 milliard), l’industrie est tournée vers la technologie et l’innovation. Force et faiblesse du secteur : sa dépendance à l’exportation, à hauteur de 95 % de la production.

Ce qui explique par exemple la récente gêne de responsables politiques sur la question éthique de la vente à un pays comme l’Arabie saoudite. La perte d’un gros client peut être catastrophique.

« Prenez Mecar, qui fabrique des munitions, explique le Grip. Cette entreprise est dépendante à 75 % de l’Arabie saoudite pour des raisons historiques. Selon les années, les exportations d’armes en Wallonie dépendent à 20 à 30 % des forces saoudiennes. » Mais pour l’heure pas d’inquiétude, assure Roland Teheux un représentant du secteur : « Cela peut sembler regrettable, mais les conditions géopolitiques étant ce qu’elles sont, la croissance est à l’ordre du jour pour notre secteur. »