S'identifier S'abonner

Taubira, Sanders, Podemos: ceux qui murmuraient à l’oreille des jeunes

Ils ne transigent pas sur leurs principes pour des considérations tactiques. L’édito de Béatrice Delvaux.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

M urmures à la jeunesse  » : la phrase est de Christiane Taubira mais ils sont quelques-uns aujourd’hui à appliquer la recette, autrement que par les discours populistes, extrémistes ou les campagnes des « pros » de la démocratie politique.

A titre d’exemple, alors que la gauche se cherche, des personnalités réussissent à mobiliser les esprits : Podemos a fait débarquer au Parlement espagnol une cohorte de jeunes têtes. C’est aussi le tour de force réalisé par le candidat américain Bernie Sanders qui, à 74 ans, réussit à séduire un électorat jeune et féminin. Défiant tous les pronostics, il s’est ainsi crédibilisé dans la course démocrate, se payant le luxe de battre Hillary Clinton dans le New Hampshire.

Sa recette est claire et ressemble en cela à la position adoptée désormais par l’ex-ministre de la Justice française – et que tente désormais aussi Emmanuel Macron, à sa manière et sur sa propre ligne idéologique : l’intransigeance sur les valeurs de fond, un parcours personnel constant, en ligne avec les idées qui ont présidé à l’engagement initial, et des propositions précises et claires qui répondent à une analyse de la société.

Des thèmes porteurs

Taubira parle à l’oreille des jeunes démocrates français de gauche en ne transigeant pas sur la déchéance de nationalité pour des considérations tactiques et électoralistes.

Sanders, lui, reconnaît que le rêve américain n’est plus accessible aujourd’hui qu’un boulet au pied, pour des jeunes endettés par le financement de leurs études. La gratuité de l’enseignement supérieur, qui figure dans son programme, a l’avantage de la proximité du quotidien pour des jeunes américains qui voient en Hillary Clinton, une bête politique, acquise au cynisme de l’exercice du pouvoir. L’expérience du pouvoir ne rassure plus, car elle jette le discrédit sur la sincérité.

Des thèmes s’avèrent porteurs. Ainsi la réduction des inégalités remobilise à gauche, tant aux États-Unis qu’en Europe. Ce n’est pas un hasard que Thomas Piketty, qui a spectacularisé les thèses élaborées par ses inspirateurs britanniques Wilkinson et Atkinson, conseille aujourd’hui le Britannique Corbyn, Podemos et soit la figure de proue de ce groupe qui, en France, milite pour l’organisation d’une primaire pour la candidature socialiste à la présidence. Histoire de renouveler les cadres et de restaurer la sincérité des engagements.

Retrouver le sens du combat politique, refaire la démonstration de convictions de fond : cela pourrait être aussi la victoire, à la fois dérisoire mais cruciale, des six pays fondateurs du projet européen qui se sont réunis mardi à Rome. Ils empêchent la petite flamme des débuts de mourir sous les coups de la grande dérive à 28. Or cette flamme-là a vraiment de quoi potentiellement, elle aussi (et à nouveau), réenchanter.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP