La Confrérie du pays du Lothier se cherche de nouveaux membres

L’année 2016 sera celle du renouveau pour la Confrérie du pays du Lothier ! Aujourd’hui composée de sept membres seulement, elle souhaite recruter de jeunes chevaliers prêts à défendre ses produits et assurer ses nombreuses représentations durant l’année. «  C’est le même problème un peu partout au sein des confréries. En général, le Grand Maître s’entoure de personnes qu’il connaît et qui ont donc le même âge que lui. Quand il y a un changement, souvent, les autres décrochent. Chez nous, les derniers membres sont moins âgés que moi, la cinquantaine environ. Mais il n’y a personne derrière. Leurs enfants sont trop jeunes ou alors sont aux études. Beaucoup ont aussi arrêté parce que ce n’était plus leur tasse de thé, parce qu’ils ont des problèmes de santé ou parce qu’ils ne savent plus se déplacer. Inévitablement, si on ne redynamise pas la confrérie en lançant les candidatures, elle s’éteint d’une mort lente », nous raconte Marcel Clercq, le Grand Maître.

La phase de recrutement est donc ouverte. « Nous n’avons pas de grandes prétentions au départ. On veut permettre aux gens de découvrir la confrérie gentiment. Mais nous voulons qu’ils soient représentatifs de notre patrimoine folklorique, culturel et culinaire. Certains viennent au repas, mais restent dans leur coin. Ils doivent vouloir aller à la rencontre des autres et avoir l’envie de promouvoir nos produits, à savoir la tarte du Lothier et sa bière du même nom », souligne Marcel.

Invité par d’autres groupes, le Grand Maître de la Confrérie du Pays du Lothier participe à une quinzaine d’événements par an. « C’est très enrichissant ! Quand vous allez en vacances en France, vous prenez l’autoroute et vous passez la frontière sans vous arrêter. Ici, vous découvrez des coins que vous ne soupçonniez même pas et qui sont parfois ouverts juste pour vous… En fait, nous sommes des privilégiés  », sourit Marcel Clercq.

Seulement voilà, vu le nombre restreint de membres, il doit souvent refuser des invitations. « Pour que notre confrérie tourne bien, il serait bon d’atteindre les dix membres minimum. Mais l’idéal, ce serait un groupe de vingt personnes. Alors là, vous avez un bon roulement pour les représentations. Vous ne devez plus envoyer des lettres d’excuses à droite et à gauche. Car si vous voulez que d’autres confréries viennent vous rendre visite, il est normal que vous participiez à leurs événements en retour. »

Désireux de valoriser la tarte au Lothier (à base de semoule de riz, parfumée aux amandes broyées sur un lit de marmelade d’abricots crus) et sa bière (une ambrée produite chez Lefebvre à Quenast) ? N’hésitez plus, c’est même ouvert aux personnes extérieures à Genappe !

Marcel Clercq par téléphone au 067/77.19.79 ou 0495/30.20.32

Sur le même sujet
GastronomieFrance