Euthanasie: la loi remise en cause

Ces derniers mois, la question de l’euthanasie pour cause de souffrance psychique est revenue plusieurs fois sur le devant de l’actualité en Belgique. A chaque fois, le même débat se pose. Une maladie purement psychique peut-elle être jugée incurable au point de conduire au geste d’euthanasie ? Une question qui divise les experts. Pour Dominique Lossignol, un des spécialistes belges de la douleur les plus renommés et chef de clinique à l’Institut Jules Bordet (ULB), la réponse est affirmative et ceux qui disent le contraire « tentent d’en tirer argument pour faire peser une menace sur l’ensemble de la loi de dépénalisation de l’euthanasie ou pour en exclure les causes psychiques ». A l’inverse, Ariane Bazan, professeure à l’ULB, estime qu’« il faut changer l’offre de soins et ne pas faire droit à la demande de mourir de gens aussi désespérés » que ceux qui demandent l’euthanasie pour des causes psychiques.

Afin de trancher ce débat délicat, la Commission nationale de bioéthique va se prononcer ce mardi sur les bonnes balises à appliquer aux « cas psychiques ». De quoi peut-être aboutir à un changement de la loi.