Pénoplastie: la chirurgie intime de l’homme

La pénoplastie de rallongement ou d’épaississement

Née aux États-Unis au début des années 90, la pénoplastie – également appelée parfois péniplastie – est aujourd’hui la demande de chirurgie esthétique intime la plus fréquente chez les hommes. Une enquête réalisée sur la sexualité des Français démontrait d’ailleurs que 53 % des hommes aimeraient avoir un sexe plus grand.

Pour un rallongement pénien, le chirurgien sectionne partiellement les ligaments suspenseurs à la base du pénis dans le but de gagner entre 2 à 4 cm au repos.

Cette différence ne change pratiquement rien à la longueur de la verge en érection et donc, aux performances sexuelles. Les effets d’une telle intervention sont souvent, purement psychologiques.

Dans le cas d’un épaississement, de la graisse préalablement ponctionnée ailleurs sur le corps du patient est injectée au niveau du pénis. Cette pratique permet d’obtenir 1 à 3 cm de plus en circonférence.

Notez que ces deux opérations peuvent se réaliser simultanément en seulement, 30 minutes.

En 2014, la Société Internationale de Chirurgie Esthétique et Plastique (ISAPS) a dévoilé que les Allemands étaient les champions dans la chirurgie d’allongement du pénis. En effet, avec 2786 opérations réalisées en 2013, soit plus de 7 par jour, l’Allemagne se place bien devant le Venezuela (473) qui pourtant, est le 2ème pays où l’on pratique le plus d’opérations d’ordre esthétique.

Cette étude démontrait également que les hommes pratiquant ce genre d’opération ne montraient aucune anomalie et avaient un sexe de taille « normale ».

Le lifting scrotal

Popularisée depuis la déclaration publique de Georges Clooney, cette intervention consiste à retirer la peau excédentaire afin de faire remonter les testicules et réduire les rides. Cette opération vise surtout les quinquas et sexagénaires dont la peau s’est étirée avec le temps mais peut aussi concerner des personnes de tout âge qui ont un excès de peau.

L’implant testiculaire

Semblables aux prothèses mammaires, les implants testiculaires sont constitués de silicone. Placés au niveau des testicules, ils permettent d’obtenir une bourse plus importante.

Leurs motivations

Les hommes sont instrumentalisés par un discours dominant où le pénis de grande taille est associé à une plus grande virilité mais aussi par la pornographie traditionnelle qui ne montre pratiquement que des sexes hors-norme.

Ceux-ci développent alors le « syndrome du vestiaire », autrement dit la crainte d’avoir un sexe trop petit, de ne pas être assez bien pour leur partenaire, ce qui peut amener à des blocages psychologiques lors des rapports sexuels.

Si certains pratiquent ce genre de chirurgie pour se débarrasser d’un complexe parfois lié aux remarques déplaisantes ou à une rupture difficile, d’autres recherchent par le biais de ces interventions à doper leur sexualité pour être plus performant, le plus longtemps possible.

Enfin, le mal du siècle peut certainement être appelé le jeunisme. Cette tendance à toujours vouloir paraître plus jeune, plus dynamique et donc se sentir d’avantage séduisant, pousse aussi la gente masculine à passer sur le billard.

Et s’ils se trompaient ?

De nombreux hommes ne savent même pas que leur sexe se trouve en réalité dans une fourchette normale, c’est-à-dire, entre 9 et 9.5 cm au repos et 12.8 et 14.5 cm en érection (moyenne selon l’Académie nationale de chirurgie française).

Seulement 20 % des hommes qui se font opérer de pénoplastie ont un micropénis, soit un sexe inférieur à 7 cm en érection.

Vouloir agrandir la taille de son sexe ne change quasiment rien au plaisir de la femme. En effet, sa taille au repos n’a en réalité aucune relation avec sa taille en érection. Elle n’a aussi aucune incidence sur la fertilité ou le plaisir de la femme.

Enfin, le vagin d’une femme est d’environ 7.5 cm de long, y compris pour les femmes ayant déjà eu des enfants. Les zones érogènes féminines, clitoris ou encore point G, ne sont également qu’à quelques centimètres de l’entrée du vagin. Quasiment tous les hommes donc peuvent combler leur partenaire, qu’importe la taille de leur sexe.

Sur le même sujet
États-Unis