Merkel sur les migrants: «Mon foutu devoir est que l’Europe trouve un chemin»

Des milliers de migrants sont bloqués en territoire grec après la fermeture de frontières à travers les Balkans.

Temps de lecture: 2 min

L’Union européenne ne peut pas laisser la Grèce «plonger dans le chaos» face à l’afflux migratoire, a martelé ce dimanche la chancelière Angela Merkel, des milliers de migrants étant bloqués en territoire grec après la fermeture de frontières à travers les Balkans.

«Pouvez-vous sérieusement croire que les pays de l’Euro ont combattu jusqu’au bout pour que la Grèce reste dans l’Euro (...) pour qu’un an plus tard, au final, on laisse pour ainsi dire la Grèce plonger dans le chaos?», a-t-elle lancé lors d’une émission télévisée sur la chaîne publique ARD.

«Mon foutu devoir et mon obligation est que cette Europe trouve un chemin ensemble», a-t-elle lâché avec une verve inhabituelle.

Des contacts réguliers avec Tsipras

«Je trouve qu’on ne peut pas agir de sorte que nous abandonnions la Grèce. C’est pourquoi nous allons lundi prochain (le 7 mars lors du sommet de l’UE) discuter de comment nous allons rétablir le système (de libre-circulation) Schengen pas à pas avec la Grèce», a-t-elle dit, soulignant être en contact régulier avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

La Grèce est une porte d’entrée en Europe pour les migrants, notamment les Syriens fuyant la guerre et venant de Turquie, et qui veulent obtenir le statut de réfugiés. Pour la majorité d’entre eux, l’Allemagne est la destination finale.

Or, la Macédoine a fermé sa frontière avec la Grèce, bloquant ainsi quelque 22.000 personnes en territoire grec.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une