S'identifier S'abonner

La police au courant des intentions d’Abdeslam? «Faux!» selon le parquet

Selon l’Echo, la police connaissait les projets d’attentats des frères Abdeslam dès juillet 2014. Le parquet fédéral réfute. Et s’explique…

Journaliste au service Société

Par Ludivine Ponciau

Temps de lecture: 4 min

Les enquêteurs de la DR3 sont-ils passés à côté d’informations capitales qui auraient pu leur permettre de neutraliser Salah et Brahim Abdeslam. Et éviter que ne soient commis les attentats de Paris ? Les journaux De Tijd et L’Echo rapportent en effet ce mardi, sur base de sources policières anonymes, que la police était déjà au courant en juillet 2014 que les deux Molenbeekois fomentaient un attentat.

«  Faux ! », réfute le parquet fédéral qui a réexaminé, suite à la parution de cette information dans la presse, le contenu de ce « tuyau ».

«  Mi-juillet, la police fédérale et le parquet fédéral ont effectivement reçu une information mais celle-ci concernant Abaaoud et non les frères Abdeslam. Par ailleurs, elle confirmait tout ce que nous savions déjà au sujet d’Abaaoud – comme le fait qu’il était parti en Syrie et qu’il avait emmené son frère – mais n’apportait pas d’élément neuf à son sujet. En tout cas, à aucun moment, on ne parle d’attentats », indique Eric Van Der Seypt. Des informations que l’on retrouve par ailleurs dans le dossier judiciaire pour lequel Abdelhamid Abaaoud a été condamné par défaut en juillet 2015, souligne le porte-parole du parquet fédéral.

►L’ex-fiancée de Salah Abdeslam: «Il m’a dit qu’on se marierait au paradis»

Les frères Abdeslam connus de la justice

On sait néanmoins que Brahim et Salah Abdeslam n’étaient pas inconnus de la justice et que des soupçons de radicalisation pesaient sur eux bien avant les attentats de Paris. Cette information-là avait d’ailleurs été révélée dans les tout premiers jours qui suivirent les attentats (Le Soir du 19 novembre 2015).

Pour mémoire, début 2015, Brahim avait pris le chemin de la Syrie mais avait été refoulé par les autorités turques avant d’avoir pu rejoindre Daesh. À son retour, il avait été auditionné sur ses intentions mais avait nié en bloc, écrivions-nous. Son frère, Salah, avait lui aussi répondu aux questions des enquêteurs qui le suspectaient déjà de prendre part à des activités terroristes. Après cette audition, aucun des deux frères n’avait à nouveau été entendu. Toujours en novembre dernier, le parquet fédéral avait également confirmé que les deux terroristes français figuraient bien sur la liste de l’Ocam des individus radicalisés.

Au Soir, le parquet fédéral maintient ce qu’il avait soutenu en novembre dernier mais apporte néanmoins quelques précisions. « La seule fois où l’on parle d’Abdeslam (NDLR : avant les attentats), il s’agit d’une info très vague qui évoque la possibilité qu’un des deux frères se soit radicalisé. Eux ou quelqu’un de leur entourage. Rien de plus précis  », retrace Eric Van Der Seypt. « Cette information a bien entendu été vérifiée. Mais à l’époque, rien ne permettait de les relier à un groupe terroriste  ».

Les deux Molenbeekois feront toutefois l’objet d’une enquête, ouverte en juillet 2014, et classée sans suite début 2015 après leurs auditions.

Le CDH demande une commission d’enquête

Les explications fournies par le parquet fédéral suffiront-elles à dissiper le doute quant à d’éventuels manquements imputables aux enquêteurs ? Pas certain…

Mardi, le CDH, se disant «  révolté » par cette information, a proposé la création d’une commission d’enquête. Le parti a estimé que «  l’inqualifiable gravité des événements impose que le Parlement belge ouvre une Commission d’enquête dotée des pleins pouvoirs d’investigation ».

Le Parlement fédéral avait déjà mis sur pied une Commission spéciale sur la lutte contre le terrorisme, avec l’appui de toutes les formations politiques. Pour le CDH, la succession de révélations publiées ces derniers jours dans la presse dicte qu’il est «  indispensable d’aller plus loin ».

« Aujourd’hui, il apparaît en effet de plus en plus clairement que notre pays porte une réelle part de responsabilité dans les événements ayant conduit à ce drame. La honte qu’un tel constat suscite chez tous les habitants du royaume ne peut nous tétaniser », a commenté le CDH, par voie de communiqué.

Des indications « qui n’ont mené à rien »

Eric Van der Sypt a confirmé que le parquet avait reçu à la mi-juillet des informations concernant Abaaoud et les frères Abdeslam mais rien dans ces informations n’indiquait que des attentats étaient en préparation. «  Nous avons par ailleurs reçu des indications de possible radicalisation dans l’entourage des frères Abdeslam, mais cela n’a également mené à rien. »

Eric Van der Sypt a rappelé l’importance de prendre en compte le contexte de l’époque. «  Il s’agit du mois de juillet 2014. À l’époque, les frères Abdeslam ne sont pas encore radicalisés. Dans la période janvier-février 2015, Salah et Brahim ont été interrogés car il était alors question de radicalisation. Mais rien n’indiquait un futur départ en Syrie ou la préparation d’un attentat. »

Brahim Abdeslam et son frère Salah, qui est pour l’heure toujours activement recherché, sont deux des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Abdelhamid Abaaoud a été tué quelques jours plus tard lors de l’assaut à Saint-Denis.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP