Les États-Unis demandent officiellement à la Belgique d’intervenir en Syrie

Didier Reynders s’interrogeait justement ce mercredi matin sur Bel RTL depuis le Liban sur une extension de la mission des avions belges.

Temps de lecture: 2 min

Les États-Unis ont formellement demandé à la Belgique d’étendre à la Syrie son intervention militaire contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) lorsque ses avions de combat F-16 reprendront début juillet leurs missions de bombardement menées jusqu’ici en Irak.

Cette requête est contenue dans une lettre que le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a adressée en fin de semaine dernière à son homologue belge Steven Vandeput. La question devra être tranchée dans les prochaines semaines par le gouvernement.

M. Vandeput (N-VA) a transmis la lettre de M. Carter au Premier ministre Charles Michel (MR) et au ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

La lettre «  encourage » la Belgique à «  prendre aussi action en Syrie », selon une source informée.

« On ne peut pas se limiter à des actions en Irak »

Depuis le Liban où il est en visite pour deux jours, ce dernier s’est déclaré partisan d’une extension de la mission des avions belges à la Syrie.

«  Je crois qu’on ne peut pas se limiter à des actions en Irak sans poursuivre ces actions au-delà de la frontière lorsque les groupes terroristes franchissent la frontière. Les Néerlandais viennent déjà de prendre cette décision, les Danois aussi », a-t-il affirmé à la radio privée Bel-RTL.

La vidéo sur mobile

«  On ira au Parlement pour en débattre. Des parlementaires souhaitent même que l’on aille plus loin vers la Libye. On doit ouvrir le débat sur tous ces sujets : où et de quelles façons lutter contre Daech ? (…) Je crois qu’effectivement, nous devons prolonger notre action en Irak vers la Syrie », a ajouté le chef de la diplomatie belge.

La Belgique doit reprendre le 1er juillet sa participation à l’opération «  Inherent Resolve » lancée par les États-Unis pour combattre l’EI (alias Daech selon son acronyme arabe) et succéder aux Pays-Bas en vertu d’une alternance appelée « flip-flop » en jargon.

Six F-16 belges en Irak d’octobre 2014 à fin juin 2015

Six chasseurs-bombardier F-16 ont déjà participé durant neuf mois, d’octobre 2014 à fin juin 2015, à la campagne de bombardements d’objectifs terrestre des l’EI, mais uniquement en Irak. La Belgique a rapatrié ces avions, essentiellement pour des raisons budgétaires. Mais elle a maintenu une trentaine de militaires sur la base aérienne d’Azraq (centre-est de la Jordanie) pour assurer la protection d’un contingent néerlandais.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une