Quel commerce à Louvain-la-Neuve?

L a formidable dynamique commerciale et économique que connaît aujourd’hui Louvain-la-Neuve depuis l’arrivée de L’Esplanade risque, si elle n’est pas judicieusement encadrée, d’entraîner de regrettables excès ! »

Petite phrase du premier échevin d’Ottignies-LLN, en charge du Commerce, Cédric du Monceau. Voilà qui pourrait laisser penser que les trois alliés de la majorité de l’Alliance communale ne s’entendent pas sur la manière de traiter la demande de permis que doit introduire, dans le cours de cette année, la société Klépierre pour agrandir de 18.000 m2 la galerie commerciale de L’Esplanade.

Le projet, qui devra faire l’objet d’une étude d’incidences avant le dépôt d’une demande de permis unique, vise à étendre la galerie vers l’arrière et au-dessus des voies de chemin de fer. Ce qui amènerait la création d’une nouvelle place à l’avant du futur quartier de la Calestienne (ancien parc à conteneurs).

« C’est une manière de se positionner et de savoir ce que la population souhaite, rétorque Cedric du Monceau. Pour le groupe Avenir (CDH), on a l’impression que l’on se retrouve dans un Monopoly. On sent que tout cela n’est pas vrai. Il nous semble qu’il faut en revenir aux fondamentaux. Louvain-la-Neuve, c’est d’abord l’enseignement et la culture. Avec les habitants et des professionnels, on doit pouvoir défendre les intérêts de la Ville face au secteur immobilier. On doit aussi pouvoir développer un réseau de proximité et d’échanges d’expériences visant le soutien de l’activité locale et de service : terroir, culture, loisirs, commerce alternatif, artisanat. »

Voilà une idée qui intéresse déjà tout le monde en réalité. C’est le cas de l’Association des Habitants (AH). Selon Jean-Louis Denys, le délégué à la CCAT, « on a l’impression que Klépierre joue à celui qui veut avoir le plus grand centre commercial. Tout cela pour de nouveaux commerces de vêtements ? Le tout, dans une sorte de cube, replié sur lui-même ? Ce que nous voulons, c’est que L’Esplanade s’ouvre vers le site et que l’on développe des services diversifiés, où l’on privilégierait davantage les circuits courts, le développement durable. Notre position n’est pas tournée vers le passé. Elle voit au contraire l’avenir, avec le développement du commerce en ligne qui, d’ici 10 à 20 ans, pourrait changer la donne. »

Une position soutenue par l’Assemblée générale des étudiants (AGL). Selon la co-présidente Hélène-Jane Aluja, « nous attendons que les autorités aient l’ambition de promouvoir à Louvain-la-Neuve une activité économique qui minimise réellement l’empreinte écologique, protège la biodiversité et la santé, développe l’équité sociale. »

Du côté de l’opposition, Bénédicte Kaisin (OLLN 2.0 - MR) demande que la Ville réalise d’abord un schéma de développement commercial : « 18.000 m2 de plus, c’est trop pour un centre commercial qui n’offre que trop peu de porosité. La gare risque de devenir la gare de L’Esplanade, au lieu d’être celle de Louvain-la-Neuve. On y ajoute un coût du parking, encore augmenté par la nouvelle taxe communale, et on se retrouve avec des commerces locaux en plein désarroi. Quant aux charges au promoteur, je ne veux pas d’un nouveau leurre. Dans les actes de vente d’un appartement de la rue Charlemagne, c’est à l’acquéreur qu’il incombe de financer l’entretien de la dalle. C’est un renversement des responsabilités ! »

Le bourgmestre Ecolo Jean-Luc Roland rappelle, lui, que tous les travers promis à L’esplanade en 2005 ne sont pas advenus : « C’est devenu le centre commercial le plus performant de Wallonie. Il a permis à Louvain-la-Neuve de se développer, de faire vivre les anciens commerces et la culture dans une ville qui compte 5.000 places de spectacles pour 31.000 habitants. Il faudra certes baliser une extension prévue au schéma de structure, via un schéma de développement commercial et une étude d’incidences. Une extension que je vois comme un plus sur le plan urbanistique si on réalise une liaison piétonne et cycliste avec la Calestienne, la Baraque et le quartier de Courbevoie ; un plus pour le futur MuséeL si on revoit l’agencement de la place des Wallons ; un plus si on développe des circuits courts, un autre commerce. »