Lacroix (PS): «On ne peut jamais comparer le néolibéralisme au fascisme»

L’élu socialiste réagit à la carte blanche de la juge Manuella Cadelli comparant le néolibéralisme au fascisme.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 2 min

La juge de Namur et présidente de l’Association Syndicale des Magistrats, Manuella Cadelli, a signé une carte blanche qui fait réagir. Elle y explique que le néolibéralisme est un fascisme car le néolibéralisme impose une vision économique totale, qu’il n’y a pas de dimension sociale.

« Je ne pourrai jamais dire que le néolibéralisme est un fascisme », a réagi sur La Première, le ministre socialiste wallon du Budget, Christophe Lacroix. « On ne peut jamais comparer le libéralisme, ou le néolibéralisme au fascisme. Je trouve que ce genre de comparaison banalise le mot fascisme. Le fascisme c’est vraiment la dictature, l’exclusion, les arrestations arbitraires, c’est la fin de la démocratie. Je n’ai jamais entendu le libéralisme dire ça », s’est expliqué l’élu PS.

Alors qu’Elio Di Rupo est d’accord avec le fond de la carte blanche, Christophe Lacroix précise sa pensée : « Je m’oppose au libéralisme en ce sens que la pensée dominante, c’est tout à l’économie, c’est évident ».

À lire aussi Le néolibéralisme est un fascisme : Miller réfute, Di Rupo illustre

« On peut critiquer le néolibéralisme mais pas le comparer au fascisme. Le fascisme c’est un danger, c’est Marine Le Pen, c’est les partis d’extrême droite, c’est le Parti Populaire mais ce n’est vraiment pas le mouvement réformateur », a conclu Christophe Lacroix sur La Première.

 

À lire aussi Le néolibéralisme est un fascisme : Miller réfute, Di Rupo illustre

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une