Horecatel, du Las Vegas au Wex

Horecatel. Avec le Salon des mandataires et le tournoi de foot en salle Slijvo, voilà un événement qui fait pleinement vivre le Wex de Marche-en-Famenne. Un Wex qui est à la limite de la saturation, et ce sera encore le cas dès ce dimanche pour la 50e édition du rendez-vous numéro 1 en Wallonie du monde de l’horeca, comme Gand l’est en Flandre.

Horecatel est né en 1967 à l’initiative de membres du syndicat d’initiative de Marche, Albert Petit et Albert Dehaan. Le « Las Vegas », à Harsin, un dancing-bowling bien connu à l’époque, qui allait disparaître dans les flammes quelques années plus tard, fut son lieu d’accueil pour les trois premières éditions.

On parlait alors du « Salon professionnel de matériel et d’alimentation pour restaurateurs, hôteliers, cafetiers, établissements hospitaliers et scolaires, charcutiers, bouchers, pâtissiers et boulangers. » Rien que ça. Un titre interminable digne de figurer dans le Guinness Book des records !

Horecatel y sera quelques années plus tard, en 1992. C’est que ce salon presque local au départ a grandi au fil des ans, et a dû déménager plusieurs fois, allant d’un chapiteau place des Foires à la salle des sports des frères Franciscains puis à la place de l’Etang et au Thiers des Corbeaux. En 1992, Marie-Christine et Marc Petit qui avaient repris l’organisation en mains déménagent route de Liège sur un terrain de 8 hectares qui va accueillir « le plus grand chapiteau du monde », comme l’atteste le diplôme du Guinness Book, à l’époque. Il s’étend alors sur 40 m de large et 250 m de long, d’un seul tenant autoportant. En 2001, le Wex sort de terre et ses divers palais seront bien utiles pour engloutir sa volée d’exposants et de visiteurs, pour Horecatel et bien d’autres manifestations.

Mais Horecatel est un phare qui éclaire les brumes de fin d’hiver et porte haut et loin la renommée des lieux. Il est un rendez-vous incontournable des professionnels de l’horeca et des métiers de la gastronomie. La 50e édition s’appelle d’ailleurs « Horecatel et son palais gastronomie ». Pour le ministre de l’Agriculture René Collin qui y a passé des dizaines d’heures auparavant comme député provincial, « c’est une vitrine du savoir-faire agroalimentaire et un atout pour le tourisme car il n’y a pas de tourisme vivant sans horeca. Horecatel mise aussi sur l’excellence. »

Mais si Horecatel est un lieu de rendez-vous d’affaires et une vitrine professionnelle, il est aussi un salon convivial et un incontestable lieu de fête, principalement dans le palais où la trentaine de brasseurs se côtoient pour faire mousser les saveurs de leur production à qui mieux mieux !