Pour que la journée des droits des femmes ne tourne pas en journée du sexisme

Quelques conseils pour survivre à ce 8 mars.

Temps de lecture: 2 min

Si vous l’ignorez encore, le 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes. Une journée pour militer, donc, mais aussi une journée propice malheureusement à quantité de remarques sexistes.

À lire aussi Les femmes toujours inégales

Voici quelques conseils aux femmes afin que cette journée se passe de la plus agréable des manières.

Le site Trouble Trouble propose, premièrement, de vous préparer mentalement. Tout dans l’actualité, dans les médias, dans les remarques de vos collègues masculins, vous rappellera que ce sera le 8 mars alors « rien ne sert de le nier, préparez-vous : un(e) féministe averti(e) en vaut deux » prévient le site.

Bien qu’avertie, il peut être difficile pour une femme de subir ce martelage médiatique. Trouble Trouble conseille encore d’éviter les médias généralistes ainsi que les réseaux sociaux et de se concentrer sur certains événements féministes tels que ceux proposés par l’asbl Sophia. Et « surtout, surtout, ne pas lire les commentaires des internautes sur les articles consacrés à votre journée ».

À lire aussi Notre dossier sur le 8 mars

« Pas de cadeaux, mais des droits effectifs »

Par ailleurs, il n’y a rien de mal à exprimer sa colère. Au contraire. Le page Facebook FÊTE LA FEMME, on t’a dit propose aux internautes de déposer toutes les captures d’écran trouvées sur le Net et qui fêtent la femme ». Le site 8mars.info propose quant à lui d’utiliser le hashtag #8marsFAIL afin de dénoncer les opérations de communication usant de stéréotypes réducteurs : « On ne veut pas de cadeaux, mais des droits effectifs ! », peut-on y lire.

►Supprimons la journée du droit des femmes

N’hésitez pas non plus à répondre à ces hommes qui vous diront : « Tiens, tu as mis une jupe pour la Journée de la femme » ou encore « C’est bien, vous avez une Journée de la femme, nous, on a 364 journées de l’homme ». Les remettre à leur place. Une petite réplique bien cinglante vaut parfois mieux qu’un long discours.

Enfin, si vous voulez à tout prix ne pas être exposée à ces doses de concentré de sexisme, solution ultime : prendre un jour de congé, partir très loin et ricaner en pensant au temps fou que perdront les hommes à imaginer les pires blagues à votre égard.

 

À lire aussi Les femmes toujours inégales À lire aussi Notre dossier sur le 8 mars

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une