Les élèves belges francophones aiment moins l’école que les autres élèves européens

Seuls 4% des garçons et 6% des filles de 15 ans scolarisés en Belgique francophone déclarent aimer beaucoup l’école. Sur 42 régions et pays, situés surtout en Europe, la Fédération Wallonie-Bruxelles est l’entité où cette proportion est la plus faible, ressort-il d’une enquête menée par le réseau international de chercheurs «Health Behaviour of School-age Children» (HBSC). En Belgique comme dans la plupart des pays, plus les élèves grandissent, moins ils apprécient l’école.

En moyenne, 24% des filles et 22% des garçons de 15 ans aiment beaucoup l’école. L’Arménie, la Slovénie et l’Albanie enregistrent les scores les plus élevés. La Flandre est 28e sur 42.

A 11 ans, cette proportion atteint encore en moyenne 45% pour les filles et 37% pour les garçons. Mais la Fédération Wallonie-Bruxelles se trouve en bas du classement également dans cette catégorie d’âge, puisqu’elle se classe 38e avec des pourcentages près de moitié moindres que la moyenne.

Les élèves belges bagarreurs

La Fédération Wallonie-Bruxelles est la zone géographique étudiée où le plus d’élèves de 11 ans sont impliqués dans des bagarres physiques, apprend-on par ailleurs dans l’étude dont les chiffres datent de 2013-2014. Pas moins de 11% des filles et 36% des garçons de cet âge disent avoir été impliqués au moins trois fois dans une bagarre physique au cours des 12 derniers mois (contre 5% des filles et 19% des garçons en moyenne générale). La Flandre, en revanche, fait partie des cinq pays ou régions les moins violents à cet égard, derrière la Macédoine et la Finlande.

Les Belges francophones de 11 à 15 ans sont de surcroit significativement plus touchés que la moyenne par des actes d’intimidation. Et ils font partie de ceux qui disent avoir le plus de difficultés à communiquer avec leurs parents. Ainsi, 40% des filles et 57% des garçons de 15 ans affirment communiquer facilement avec leur père, le score le plus bas enregistré dans l’étude, excepté en France.

Plus globalement, l’étude souligne que, partout, le bien-être et la santé des jeunes sont influencés par leur genre et leur situation socio-économique. L’écart entre l’ouest et l’est de l’Europe se réduit, observent d’autre part les chercheurs.

L’enquête «Health Behaviour of School-age Children» est réalisée tous les quatre ans en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle repose sur des questionnaires soumis à près de 220.000 élèves de 11, 13 et 15 ans issus de 42 Etats ou régions. A noter que quelques pays non européens dont le Canada et Israël font partie de l’étude.