Deux Syriennes filment le quotidien morbide à Raqqa, capitale de Daesh

Au prix de leur vie, ces deux femmes nous montrent un endroit dévasté où la sharia fait loi et où les femmes n’ont aucun droit.

Temps de lecture: 2 min

Au moyen d’une caméra cachée, les deux femmes nous montrent ce à quoi ressemble la vie sous le régime de terreur imposé par Daesh. La ville a été prise par l’organisation terroriste en 2013 et depuis, la sharia y est omniprésente. Des rues aux magasins en passant par les hôpitaux et même l’intérieur des taxis.

Dans la vidéo, longue de treize minutes, on aperçoit un monde où les femmes n’ont que peu de droit. Forcées de porter le niqab, montrer leur visage leur est interdit. Même les visages des mannequins sur les boîtes de shampoing doivent être recouverts… de marqueurs. Une des Syriennes déplore la situation : « Une femme aime montrer son visage, mais nous avons perdu ce droit. Nous avons perdu notre féminité ».

Privées d’école, d’université ou de travail, elles ne peuvent également pas sortir seules. Ainsi, un chauffeur de taxi qui embarquerait une femme seule pourrait se voir infliger 30 coups de fouet.

Flagellations et décapitations rythment la vie

Quiconque ne respecte par les règles de Daesh est susceptible d’être sanctionné. Ainsi, on peut voir dans la vidéo que les soldats de Daesh n’hésitent pas à utiliser des méthodes cruelles : exécutions par balle, flagellations ou décapitations. On voit notamment un homosexuel se faire jeter du haut d’un immeuble.

On aperçoit également les rues de Raqqa où les combattants étrangers ont remplacé les anciens habitants dans les immeubles. « Ils viennent de tous les pays, mais la plupart sont saoudiens », déclare une des femmes.

À lire aussi Cinq ans de guerre et un peuple syrien qui ne compte pas

Ces derniers mois, Daesh a perdu du terrain mais aussi des combattants. En plus des pertes humaines, de nombreux soldats ont décidé de quitter le territoire de l’organisation en « prenant des passeports de civils pour se rendre en Turquie », précise une des vidéastes amatrices.

En plus de leur liberté, c’est la vie des jeunes femmes qui leur a été enlevée le jour où Daesh a pris la ville de Raqqa. Elles aspirent à « pouvoir se débarrasser de leur niqab pour de bon et des ténèbres qui les entourent constamment ».

Voir la vidéo sur mobile

 

À lire aussi Cinq ans de guerre et un peuple syrien qui ne compte pas

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une