Forest: des empreintes de Salah Abdeslam ont été retrouvées dans l’appartement (direct)

Les dernières informations sur mobile

Des empreintes et une trace ADN de Salah Abdeslam ont été retrouvées dans l’appartement perquisitionné ce mardi à Forest, a révélé L’OBS. Le parquet fédéral belge a confirmé l’information au Soir. Le porte-parole du parquet, Eric Van Der Sypt, s’est refusé à tout autre commentaire «  dans l’intérêt de l’enquête ».

Les enquêteurs ont ainsi découvert que l’homme le plus recherché d’Europe pour sa participation aux attentats du 13 novembre est bien passé par cet appartement. Tout indique que l’appartement perquisitionné a servi de planque pour une cellule terroriste.

L’hypothèse n’est donc pas exclue que Salah puisse être un des deux fuyards. La découverte de cette empreinte démontre en tout cas que Salah Abdeslam a au moins effectué un passage par cet appartement. Les empreintes digitales ne peuvent être datées ce qui laisse ouvertes toutes les hypothèses : soit une safe-house (maison de repli) l’ayant accueilli durant plusieurs jours voire semaines après le 13 novembre, soit en passage ponctuel auprès de complices qui devaient assurer sa fuite. Selon BFMTV, l’ADN de Salah Abdeslam a été retrouvé sur un verre.

La vidéo sur mobile

« Personne n’avait rien remarqué d’anormal »

Contacté par nos soins, Marc-Jean Ghyssels, bourgmestre de Forest affirme qu’il n’a aucune information sur l’éventuel passage de Salah Abdeslam dans sa commune : « Certaines rumeurs disaient qu’il y a quelques années, Salah Abdeslam fréquentait la place Saint Denis. Mais il ne s’agit de rumeurs. Je n’ai pas connaissance de témoignages faisant état de sa présence dans la commune depuis les événements de Paris. Mais sa recherche relève d’une enquête policière. Toutes les informations ne remontent pas forcément jusqu’à moi. »

Le numéro soixante de la rue du Dries, planque pour djihadistes ? L’idée surprend un peu le bourgmestre. « J'en ai discuté avec des riverains et des agents de quartiers très professionnels. Personne n'avait rien remarqué d’anormal dans ce quartier pourtant calme. Mais faire de Forest un centre du djihadisme bruxellois ne fait pas sens. Il y a sûrement de nombreuses planques de ce genre dissimulées un peu partout. C'est un phénomène profond auquel nous sommes confrontés. Il s'agit là du seul fait nouveau concernant Forest, mais ici, le calme est revenu. »

Deux hommes toujours recherchés

Le 15 mars, six policiers français et belges, qui pensaient mener une perquisition de routine dans un appartement de Forest, se sont retrouvés sous un tir nourri d’armes automatiques. L’un des trois hommes présents dans l’appartement a été tué par un tireur d’élite de la police, mais deux autres ont pris la fuite et sont toujours «  activement recherchés ».

À côté du cadavre de Mohamed Belkaïd, le suspect abattu, ont été découverts «  une kalachnikov, ainsi qu’un livre sur le salafisme ». Dans l’appartement, la police a également trouvé un drapeau de l’organisation Etat islamique, «  11 chargeurs de kalachnikov et de très nombreuses munitions », selon le parquet. Selon la RTBF, Mohamed Belkaïd serait en fait Samir Bouzid, qu'on pensait en fuite. Contrôlé à la frontière austro-hongroise avec Salah Abdeslam, il serait un des coordinateurs présumés des attentats.

Il s’agissait «  manifestement d’une cellule terroriste ou d’un embryon de cellule en train de préparer quelque chose », a affirmé l’expert en contre-terrorisme Claude Moniquet.