WWF Belgique propose dix actions faciles pour l’environnement

Ce samedi à 20h30, dans 172 pays du monde, les lumières s’éteindront à l’occasion de l’Earth Hour. L’opération de WWF a pour but de sensibiliser la population aux changements climatiques.

► Lire aussi : Bruxelles éteindra ses lumières samedi à l’occasion de l’opération Earth Hour

À cette occasion, la section belge de l’organisation environnementale propose d’ajouter un filtre à sa photo de profil sur les réseaux sociaux pour montrer son engagement pour le climat. « L’avantage de ces réseaux, c’est l’effet boule de neige : l’information se propage vite et loin et a un plus grand impact », explique Gwendoline Viatour, attachée de presse chez WWF Belgique.

#ILoveMyPlanet

Sur Twitter et Facebook, WWF Belgium présente depuis le début du mois, une dizaine d’actions simples et originales pour protéger la planète : #ILoveMyPlanet. « Nous en avons pris dix car il fallait faire un choix. Nous voulons donner envie à la population de participer à la préservation de la planète. Ce sont des actions faciles à faire et dont le public n’a souvent pas entendu parler », indique Gwendoline Viatour.

1.  I rent my clothes

Habiller son enfant qui grandit sans cesse est un problème pour le portefeuille, mais aussi pour l’environnement. Plutôt que d’acheter des vêtements qui seront vite trop petits, WWF suggère de louer des vêtements. De cette manière, vous profitez de vêtements de qualité, échangeables au fur et à mesure de la croissance de votre enfant, et vous gagnez en durabilité.

En Belgique, un service d’abonnement existe déjà : Tale Me. Il permet aux utilisateurs de recevoir des vêtements provenant de collections durables, qui seront échangés tous les deux mois.

L’alternative est aussi valable pour les adultes. Mais pour le moment, une seule possibilité existe en Belgique : la bibliothèque pour vêtements de Les ReBelles, qui permet de louer des vêtements par système d’abonnement ou de carte de location.

► Lire aussi : Une « bibliothèque » pour vêtements ouvre ses portes à Anvers

2.  I reduce my waste

Pour lutter contre les emballages qui occupent une grande partie de notre poubelle et alourdissent notre empreinte écologique, un nouveau concept prend de l’ampleur : le Zero Waste Shop.

Dans plusieurs grandes villes de Belgique, comme Bruxelles et Louvain, des magasins sans emballage existent. Ils proposent des aliments en vrac et chacun amène son propre contenant.

Autre avantage : vous achetez seulement la quantité dont vous avez besoin, ce qui permet aussi de limiter le gaspillage alimentaire !

► Lire aussi : Acheter en vrac, sans emballage

3.  I lend my tools

Nous possédons tous des tas d’objets que nous utilisons à peine une à deux fois par an, comme une perceuse ou un scarificateur. Plutôt que d’acheter un outil pour si peu d’utilisation, WWF incite ici aussi la population à préférer l’option du prêt.

En plus, des applications gratuites existent pour faciliter l’emprunt entre voisins. « Pratique, écologique, économique et même social ! », clame le site.

► Lire aussi : Emprunter au lieu d’acheter

4.  I buy my food from short and local circuits

Nous nous demandons rarement d’où provient notre nourriture. Pourtant, acheter des produits locaux permet de réduire l’emprunte écologique dus au transport.

WWF propose pour remédier à cela différentes options. Par exemple devenir membre d’un supermarché coopératif. C’est ce que propose BEES Coop, une coopérative qui offre des produits qualitatifs et respectueux de l’environnement à des prix accessibles.

Autre initiative intéressante : la plateforme La Ruche qui dit Oui, un service web qui favorise les échanges directs entre producteurs locaux et communautés de consommateurs lors de véritables marchés éphémères. D’autres possibilités existent, comme biolocator ou topino.

► Lire aussi : Circuits courts et dents longues

5.  I recycle my office facilities

Nous passons énormément de temps au travail. Nos actions écologiques et environnementales doivent donc aussi avoir lieu dans notre vie professionnelle.

Nearly New Office Facilities invite à relooker son environnement de travail dépassé plutôt que de remplacer tous les meubles par du nouveau. « Une solution respectueuse de l’environnement, innovante et économique ! » d’après WWF.

6.  I join an energy cooperative

Notre consommation d’énergie impacte fortement le climat. Une manière simple de réduire cet impact est d’opter pour un fournisseur d’énergie verte. Mais il est également possible d’aller plus loin en rejoignant une coopérative d’énergie renouvelable. En achetant une part à une coopérative, vous pouvez par exemple devenir copropriétaire d’une éolienne. Vous bénéficierez alors de l’énergie durable qu’elle produit et vous éviterez ainsi d’être dépendant de la hausse de l’énergie.

WWF propose par exemple la coopérative Rescoop Wallonie.

► Lire aussi : Éoliennes : les coopératives pullulent

7.  I choose carsharing

La Belgique compte plus de 5 millions de voitures individuelles pour 11 millions d’habitants. Ce chiffre très élevé et l’impact écologique qui en résulte pourraient être réduits grâce aux systèmes de voitures partagées. Un tel système est proposé notamment par Cambio qui vous permet, via une application, d’emprunter une voiture uniquement lorsque vous en avez besoin. Inversement, si vous avez un véhicule, vous pouvez le prêter contre contribution lorsque vous ne l’utilisez pas.

► Lire aussi : Namur : le rail débraye, Taxistop embraye

8.  I compost my organic waste

Nos déchets organiques prennent une grande place dans nos sacs-poubelles. De plus, le transport jusqu’à une décharge ou un incinérateur nécessite beaucoup d’énergie.

Pourtant, ces déchets peuvent être facilement éliminés et peuvent même être bénéfiques pour l’environnement.

Comment ? Grâce au compostage ! Cette solution a de plus en plus de succès et de nombreux citoyens créent un compost dans leur jardin, sur leur terrasse ou même directement dans leur appartement.

Worms ASBL propose même des formations gratuites sur le compostage pour vous aider à vous lancer.

► Lire aussi : Une prime bruxelloise pour acquérir une vermicompostière

9.  I eat veggie more often

L’élevage du bétail est responsable de 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Une manière simple de réduire son empreinte écologique est donc de manger végétarien, au moins un jour par semaine, par exemple le jeudi. C’est ce que propose l’initiative Jeudi Veggie.

► Lire aussi : Consommer plus de légumes produit moins de CO2

10.  I use the bike

Notre façon de nous déplacer a un impact important sur l’environnement. Alors que nous parcourons en moyenne à peine quelques kilomètres par jour, le vélo est le moyen de transport idéal pour réduire notre empreinte écologique et garder la forme !

Et si vous n’êtes pas à l’aise sur les routes, le GRACQ propose des formations pour vous apprendre à acquérir les bons réflexes et rouler à vélo dans la circulation en toute confiance.

► Lire aussi : Comment rouler à vélo en ville en toute sécurité