Accueil

Plainte de l’avocat d’Abdeslam contre le procureur Molins: un coup dans l’eau?

Sven Mary l’a annoncé au Soir : pour lui, « la lecture d’une partie de l’audition de son client en conférence de presse constitue une violation ».

Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Ce lundi matin, Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam, va déposer plainte pour violation du secret de l’instruction contre le procureur de Paris François Molins, a-t-il annoncé au Soir. Ce dernier, lors d’une conférence de presse samedi en début de soirée, avait évoqué la problématique de l’extradition de Salah Abdeslam mais il a aussi dévoilé que le terroriste arrêté à Molenbeek vendredi, avait affirmé aux enquêteurs belges qu’il était bien présent lors des tragiques événements dans la capitale française et « qu’il devait se faire exploser au stade de France mais qu’il avait fait machine arrière. »

« La lecture d’une partie de l’audition de Mr Abdeslam en conférence de presse constitue une violation » pour l’avocat Sven Mary qui va donc réagir en justice ce lundi. Interrogé sur la question sur le plateau de la VRT dimanche, Koen Geens a estimé qu’il n’était pas approprié que le ministre de la Justice belge déclare quelque chose au sujet d’un procureur français.

« Une différence de culture » entre les parquets belge et français

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a estimé que les informations dévoilées par le procureur de Paris, «  ne facilitent pas la vie et le résultat de l’enquête ». Le ministre a indiqué avoir découvert ces derniers mois une «  différence de culture » dans la manière dont les Parquets s’expriment sur les enquêtes en cours en France et en Belgique. «  Nous sommes plus réservés car il ne faut pas mettre en danger l’enquête », a-t-il observé.

Sans dire que le procureur de Paris s’est exprimé, à son sens, trop largement, M. Jambon estime que le fait d’aller trop loin dans la divulgation de certaines informations peut nuire à l’enquête. «  À un certain moment, cela peut aller trop loin, je ne dis pas que cela a été le cas maintenant mais il faut être prudent ».

Un coup dans l’eau ?

Il existe, en Belgique, une « dérogation au secret de l’instruction » qui permet à un procureur de faire le point, devant la presse ou le public, sur un dossier, a expliqué Pierre Chomé, professeur de droit pénal à l’ULB. « C’est bien entendu désagréable pour la défense mais espérer obtenir réparation dans ce cadre me paraît tout à fait illusoire », a-t-il ajouté.

En d’autres termes, la plainte que compte déposer Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam, contre le procureur de Paris François Molins pourrait être un coup dans l’eau.

Salah Abdeslam refuse par ailleurs son extradition en France, qui peut au maximum prendre trois mois à dater de la date de l’arrestation. Samedi soir, le procureur français, toujours au cours de la même conférence de presse, a expliqué que le fait de s’opposer à l’extradition pourrait retarder son exécution, mais en aucun cas son principe.

Retrouvez les dernières informations sur mobile.

À lire aussi Reportage: à Molenbeek, les mosquées espèrent enfin du répit À lire aussi Salah, le fêtard fumeur de joints devenu ennemi public numéro 1 À lire aussi Sven Mary explique pourquoi il a décidé de défendre Fouad Belkacem [Archives]

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une