L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) critiqué

Temps de lecture: 1 min

La manière dont l’OCAM – l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace – a mené ces dernières années les analyses sur les dangers potentiels émanant des djihadistes et des combattants syriens de retour en Belgique laisserait à désirer. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport des Comités R et P qui sera discuté ce mardi matin à huis clos en commission à la Chambre, rapportent L’Echo et De Tijd.

En mars 2015, les Comités permanents de contrôle des services de renseignements (Comité R) et de police (Comité P) ont diligenté un audit sur la manière dont l’OCAM avait évalué le niveau de menace « d’individus » (et non pas le niveau de menace général) depuis 2012. L’enquête n’est pas encore terminée, mais les conclusions provisoires sont sans appel. Ainsi, l’OCAM aurait rarement respecté ses propres règles d’analyse et ses études seraient sommaires et sans réel fondement. Jusqu’à la fin de l’an dernier, l’organisme ne se serait pas basé sur des critères précis pour évaluer la gravité de la menace. Les flux d’informations des services de sécurité vers l’OCAM seraient tout aussi problématiques.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une