Fayçal Cheffou identifié comme le 3e homme du commando de Zaventem

Les dernières informations en direct

Fayçal Cheffou, placé sous mandat d’arrêt vendredi après avoir été interpellé devant le parquet fédéral, serait bien « l’homme au chapeau » vu sur les images de vidéosurveillance avec les deux kamikazes de l’aéroport. L’individu a été inculpé ce samedi du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d’assassinats terroristes, indique le parquet fédéral.

Une perquisition a été menée chez lui. Aucune arme ni explosif n’a été trouvé.

Fayçal Cheffou a été identifié après avoir été reconnu par le chauffeur de taxi qui avait convoyé le commando terroriste mardi matin, a appris Le Soir à bonne source. Le taximan l’aurait identifié suite à un « tapissage », une confrontation visuelle, parmi les suspects de l’attentat de Bruxelles.

L’examen du contenu des caméras de surveillance entre l’aéroport et la place Meiser a permis d’établir sa fuite. Vendredi, la police nous indiquait qu’il était « fort possible » que Fayçal Cheffou soit bien « l’homme au chapeau ».

Interpellé devant le parquet de Bruxelles

Trois personnes ont été interpellées le 24 mars 2016, en début de soirée, devant les locaux du parquet fédéral. Il s’agit, en plus de Fayçal Cheffou, de «  Khalid A. et Mariam A. Une quatrième personne, Ali E. a été interpellée sur la voie publique à Bruxelles, avenue du Port, et emmenée pour audition approfondie ». Deux autres personnes ont aussi été interpellées alors que leur véhicule quittait le ring de Bruxelles à la sortie Jette. Il s’agit de Abou A. et d’une autre personne, toujours selon le même communiqué du parquet.

Soupçonné d’être un recruteur

Domicilié sur le territoire de la Ville de Bruxelles, il est dans le collimateur de la police bruxelloise depuis des mois.

Il tentait de recruter au parc Maximilien. Le bourgmestre de la ville, Yvan Mayeur (PS), a dénoncé à de nombreuses reprises son « activisme » au parquet et à la Justice. Le considérant comme « dangereux », il l’a même fait arrêter plusieurs fois administrativement parce qu’il se présentait au parc Maximilien, et tentait de « recruter pour des mouvements radicaux  » auprès des demandeurs d’asile et des sans-papiers présents dans le parc.

Le bourgmestre de Bruxelles aurait demandé le soutien du parquet et aurait dénoncé Fayçal Cheffou à la Justice en lui demandant de prendre des mesures à son égard. Tant le parquet que le juge n’ont pas accepté les demandes d’Yvan Mayeur, les estimant peut-être non conformes à la loi. Au lendemain du refus du juge, le bourgmestre de la Ville a fini par prendre – le 24 septembre 2015 – un arrêté interdisant à Fayçal Cheffou de se présenter au parc Maximilien.

Le journaliste est notamment l’auteur d’une vidéo datant du 15 juillet 2014 dans laquelle il apparaît devant le centre de 127 bis de Steenokkerzeel. Un reportage dans lequel il s’indignait du fait que les repas des musulmans étaient servis « avant la rupture du jeûne pendant le ramadan ».