Baisse de plus de 50 % du taux d’occupation des hôtels bruxellois

Le taux d’occupation des hôtels bruxellois a baissé de plus de 50 % à la suite des attentats perpétrés à l’aéroport de Zaventem et à la station de métro Maelbeek à Bruxelles, a indiqué jeudi le porte-parole de la Brussels Hotels Association (BHA), Rodolphe Van Weyenbergh, qui appelle les autorités belges à l’adoption rapide de mesures face «au désastre social qui se profile».

Une baisse de 50 % du taux d’occupation a été enregistrée dans les hôtels de la capitale entre le 22 mars, jour des attentats, et le lundi de Pâques. «Le 28 mars, le taux d’occupation des hôtels était de 18 %. C’est du jamais vu. Nous ne disposons pas encore des chiffres consolidés pour les derniers jours mais la tendance semble se confirmer», explique Rodolphe Van Weyenbergh, qui précise que le secteur avait déjà souffert du lockdown imposé en novembre dernier au lendemain des attentats de Paris.

Faciliter l’accès au chômage économique

«Il est de notre responsabilité au regard des travailleurs du secteur de communiquer cette baisse d’activités, bien que l’on soit dans une période de recueillement. Nous n’avons pas le choix. Nous sommes dos au mur», souligne encore le porte-parole de la Brussels Hotels Association, qui représente aussi bien les hôtels indépendants que les grandes chaînes à Bruxelles, en Brabant flamand et en Brabant wallon.

«Si on ne prend pas des mesures maintenant, cela pourrait se traduire par la perte de milliers d’emplois notamment liée à des faillites», ajoute Rodolphe Van Weyenbergh. La Brussels Hotels Association demande dès lors aux autorités de faciliter totalement et immédiatement l’accès au chômage économique des employés ainsi que la suppression temporaire et la rediscussion totale de la taxe touristique.