Mossack Fonseca, c’est quoi?

Ce cabinet juridique est le gardien de sombres secrets.

Temps de lecture: 3 min

Des documents produits devant un tribunal de Las Vegas montrent que l’entreprise panaméenne a enregistré au Nevada 123 entreprises qui furent utilisées par un proche de l’ancien président argentin pour soustraire des milliers de dollars de contrats gouvernementaux. Mossack Fonseca refusa de détailler les transactions financières auxquelles se livrèrent ces entreprises – pour un cabinet dont la spécialité est de créer d’opaques sociétés offshores partout dans le monde, la discrétion est une vertu cardinale. Ce cabinet tenta d’entraver l’action judiciaire en affirmant que MF Corporate Services Limited, au Nevada, ne faisait pas partie du groupe Mossack Fonseca et agissait en toute indépendance. Le co-fondateur de ce groupe, Jürgen Mossack, témoigna même sous serment que « MF Nevada et Mossack Fonseca n’ont pas de relation de type société-mère à filiale » et que « Mossack Fonseca ne contrôle pas la gestion quotidienne et les affaires de MF Nevada .  »

Mais des documents confidentiels obtenus par l’ICIJ, le journal allemand Süddeutsche Zeitung et leurs partenaires font planer le doute sur ce témoignage sous serment. Ils démontrent non seulement que MF Nevada appartient au groupe Mossack Fonseca mais aussi que ce dernier a tout fait pour mettre hors de portée de la justice américaine les informations relatives à ses clients. Le nettoyage a notamment été fait dans les téléphones et les ordinateurs de la société. Et des documents ont même, témoigne un courriel interne, été secrètement exfiltrés du Nevada vers le Panama.

Né du rapprochement en 1986 du petit bureau juridique de Ramon Fonseca, à Panama, avec celui de Jürgen Mossack, un Panaméen d’origine allemande, Mossack Fonseca est considéré aujourd’hui comme un des cinq plus grands créateurs de sociétés offshore au monde. L’entreprise compte plus de 500 employés et collaborateurs dans plus de 40 bureaux, de la Chine à l’Europe en passant par l’Amérique du Sud. Elle est active dans la plupart des paradis fiscaux et son co-fondateur, Ramon Fonseca, était jusqu’il y a peu un des plus proches conseillers du président du Panama, Juan Carlos Varela. Au début du mois de mars en effet, le juriste a annoncé qu’il renonçait à ce poste auprès de la présidence de la République afin de « défendre mon honneur, celui de mon entreprise et celui de mon pays ». L’implantation brésilienne de MF est en effet soupçonnée d’être impliquée dans un vaste scandale de corruption et de blanchiment touchant la compagnie pétrolière Petrobras.

Ailleurs dans le monde, il semble aussi que le vent ait commencé à tourner : l’entreprise a été tancée en 2012 et 2013 par l’autorité financière des îles Vierges britanniques pour avoir enfreint sa législation anti-blanchiment, des actions sont envisagées en Allemagne à l’encontre d’employés de MF suspectés d’avoir contribué à des mécanismes d’évasion fiscale et, au Nevada, le juge a finalement et récemment conclu que Mossack Fonseca et Mossack Fonseca Nevada étaient bien une et une seule entité.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une