Panama Papers: la Russie accuse des «anciens de la CIA» d’être derrière l’enquête

Le président russe Vladimir Poutine est la « principale cible » des « Panama papers », enquête journalistique planétaire qui affirme que ses proches seraient impliqués dans un détournement de quelque 2 milliards de dollars, a estimé lundi le Kremlin.

Lire également : La fraude offshore prend aujourd’hui un goût de sang

« Nous connaissons bien cette soi-disant communauté journalistique. Il y a parmi eux de nombreux journalistes dont le journalisme n’est pas l’activité principale. Beaucoup sont d’anciens employés du Département d’Etat, de la CIA, d’autres services secrets », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant une enquête pleine d’« inventions » et de « falsifications ».

« Déstabiliser la situation »

«  Il y a d’autres noms qui figurent (dans l’enquête), mais il est clair que la cible principale de ces attaques ciblées est notre pays et son président », a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Poutine, la Russie, notre pays, notre stabilité les prochaines élections sont la cible principale. Il s’agit de déstabiliser la situation », a-t-il ajouté.

Les proches du président russe ne sont pourtant pas les seuls à être pointés du doigt. Ces révélations sont en effet la plus grosse fuite de documents financiers jamais traités par la presse : des millions de documents ont fui, et ont été traités par plus de 370 journalistes du monde entier. Elles éclaboussent d’autres grands noms comme le Premier ministre islandais Davíð Gunnlaugsson, le Premier ministre du Pakistan Nawaz Sharif ou encore le roi Salman d’Arabie saoudite.

732 Belges

La Belgique n’est pas en reste pour autant. L’enquête révèle ainsi que plus de 732 Belges – ou étrangers ayant leur résidence en Belgique – ont créé ces dernières années au moins 1.144 sociétés offshore auprès du bureau d’avocats Mossack Fonseca (Panama). Des révélations qui éclaboussent notamment le metteur en scène Franco Dragone, tout aussi compétent et imaginatif lorsqu’il s’agit de dissimuler contrats et transactions financières dans des paradis exotiques.