Les Belges dont les noms apparaissent dans les Panama Papers

La plus grande fuite de données jamais traitée par un réseau de journalistes, les Panama Papers, livre depuis dimanche ses vérités. 732 Belges ont créé des sociétés offshore auprès du bureau d’avocats Mossack Fonseca (Panama).

Temps de lecture: 2 min

Plus de 732 Belges – ou étrangers ayant leur résidence en Belgique – ont créé ces dernières années au moins 1.144 sociétés offshore auprès du bureau d’avocats Mossack Fonseca (Panama), l’une des plus importantes sociétés au monde de création d’offshores.

Parmi ces Belges, de grandes fortunes, des artistes, des nobles et héritiers de patrimoines familiaux, des médecins et pharmaciens, des comptables et experts fiscaux, des rois du textile, des académiques et quelques hommes de médias, pas mal de diamantaires et capitaines d’industries, quelques repris de justice connus.

Ces titulaires d’offshores sont très majoritairement des hommes, de nationalité belge, nés avant 1979. Les mieux représentés sont les quadras et quinquas, ceux nés dans les années soixante. Sans surprise, leur plus forte concentration se produit dans les communes d’Uccle, du district d’Anvers, d’Ixelles et Bruxelles-centre, Woluwe-St-Pierre, St-Gilles, Waterloo, Berchem et Wilrijk.

Voici les premiers noms des personnes et des sociétés titulaires d’offshores

Stéphane Bleus,

Deferm

Racimora

Santens

Alijan Ibragimov

Patokh Chodiev

Sebastiaan Saverys

Franco Dragone

Didier Bellens

Tractebel

La famille De Spoelberch

Swenden

Kandiyoti

de Cloedt

Eddy Van den Broeke

Notre carte, commune par commune.

À lire aussi La carte de Belgique des comptes offshores À lire aussi Les sociétés exotiques de Stéphane Bleus, le «Madoff belge»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Notre supplément spécial Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une