Une maison de poupée comme logement

Vivre dans une cabane n’est plus un rêve d’enfant. Même si cette dernière ne se trouve pas dans un arbre! À mi-chemin entre la caravane et le chalet de jardin, les Tiny Houses sont un nouveau mode de vie dont les adeptes sont tous les jours plus nombreux. Ces mini-maisons posées sur des remorques renferment tout le confort moderne. Petite cuisine, salle de douche ou carrément salle de bain, lit en mezzanine, petit salon et coin à manger, chaque centimètre carré est pensé et intelligemment utilisé. Ce mouvement né aux États-Unis suite à la crise du logement, commence doucement à faire parler de lui sur le continent européen. Amoureux de la nature désirant poser leur habitation dans un écrin de verdure, personnes désireuses d’avoir un chez eux sans s’endetter pendant des années, idéalistes cherchant à renouer avec la simplicité de vie, la Tiny House répond à plusieurs attentes. Chacun y trouve grand nombre d’avantages. Si certains amateurs de mini-maisons ont pris le pari de construire eux-mêmes leur petit habitat et partagent leur expérience sur le Web, certains entrepreneurs ont flairé le bon coup à ne pas rater. En France, l’entreprise La Tiny House est le premier constructeur français de ce nouveau type de logement. Et les demandes ne cessent de se multiplier. «Nous avons entre 12 et 15 commandes par an», nous confie-t-on. Le carnet de commandes de la société est d’ailleurs plein jusque mars 2017! Côté clients, il n’y a pas un profil particulier pour ces amateurs de petits espaces. «La clientèle est assez variée. Ce sont des personnes qui veulent y vivre à l’année, d’autres qui désirent la placer sur un terrain à la campagne pour passer le week-end. Nous avons aussi des demandes pour des campings. Cela peut également convenir pour des logements pour étudiants.»

Écologique et esthétique

Peu onéreuse, facile à déménager au gré de ses envies, les motivations pour acquérir une mini-maison sont diverses et variées. «Les acheteurs sont attirés par l’aspect écologique mais aussi l’aspect esthétique de ces maisons. L’aménagement intérieur est aussi un atout», nous confie-t-on chez La Tiny House. Les gens aiment l’idée de pouvoir être sur route mais aussi d’être propriétaire à moindres frais. Notre modèle le plus cher, le plus complet est disponible pour 45.000 euros, toutes taxes comprises». À déconseiller aux bordéliques, les Tiny Houses s’adressent à des personnes désireuses de ne plus s’encombrer d’objets superflus et inutiles. Un courant de simplicité volontaire qui compte déjà de nombreux adhérents. Aux États-Unis, la mode des Tiny Houses a même donné lieu à l’organisation d’un premier festival du genre. Acheteurs et constructeurs se réunissent pour échanger leurs idées mais aussi découvrir les astuces pour aménager au mieux ces espaces de vie qui dépassent rarement les 20 mètres carrés. Construites dans des matériaux respectant la nature (elles sont en bois), certaines sont également énergiquement autonomes grâce à la pose de panneaux solaires sur leur toit. Une composante écologique qui contribue également au succès du mouvement. Si certains comparent les Tiny Houses aux traditionnels mobile homes, elles se différencient toutefois d’eux par leur facilité de transport. Niveau législation, la Tiny House est, en Belgique tout comme en France, considérée comme une caravane et elle doit dès lors répondre aux mêmes spécificités. Le constructeur de ce type de véhicule doit la faire homologuer et obtenir une attestation qu’il réponde aux normes légales spécifiques à leur catégorie. Concrètement, la largeur maximale de la maison ne peut dépasser 2,55 mètres. Quant à son poids, il ne peut excéder les 3,5 tonnes. Dans le cas contraire, le propriétaire de la Tiny House devra posséder un permis de conduire poids lourd et il ne pourra plus se contenter du permis BE. Du fait qu’elles sont inscrites dans la bande de données des immatriculations belges comme les caravanes, il n’est pas possible de chiffrer le nombre de Tiny Houses circulant en Belgique. Si aucun constructeur officiel n’existe dans le plat pays, la société La Tiny House nous confie cependant avoir déjà construit un modèle pour un client belge. Propriétaire d’un terrain en France, il désirait pouvoir faire voyager sa Tiny House entre la Belgique et le pays voisin. Dans les années à venir, les conducteurs des autoroutes belges ne devraient pas être surpris de croiser sur les routes des escargots à taille humaine, transportant sur leur dos leur maison.