Panama Papers: les sucreries offshore du patron de Leonidas

Sucreries et cachotteries : le patron de la chocolaterie belge Leonidas, Dimitrios Kestekoglou, a ces dix dernières années créé trois sociétés offshore au Panama : Dometrans en 2006, Uniprof en avril 2007 et Nouera en novembre 2009.

Un homme discret

À la tête de cet empire au goût noisette et praliné, Dimitrios Kestekoglou, un des héritiers naturels de la famille fondatrice, aujourd’hui directeur de l’entreprise. D’une nature discrète, se partageant entre sa luxueuse résidence d’Athènes et son habitation bruxelloise, il est à la tête de trois sociétés panaméennes tout aussi discrètes, indiquent les 11,4 millions de documents analysés par l’ICIJ et ses partenaires, dont Le Soir.

Sa collaboration avec le bureau juridique Mossack Fonseca semble débuter en juillet 2006 lorsque, passant par un intermédiaire luxembourgeois, il crée Dometrans S.A. Portant le numéro 9223, la société est officiellement dirigée par cinq employés de Mossack, lesquels autorisent explicitement Dimitrios Kestekoglou à « ouvrir des comptes au nom de la société auprès de banques, agents de courtage et autres institutions financières où que ce soit dans le monde », « à acheter ou vendre tout type d’obligation, participation à un fonds commun de placement, actions » et autres instruments financiers. Bref, l’objectif est de faire fructifier les avoirs d’une famille qui figure parmi les 500 plus riches de Belgique.