Charleroi: l’éveil à l’entreprise, ça s’éduque

ACharleroi, l’entrepreneuriat des jeunes passe à la vitesse supérieure. Pour stimuler le goût de l’initiative chez les 18-25 ans, le centre d’entreprise et d’innovation Héraclès a réédité sa campagne « Start me up challenge ». Si le nouveau statut académique d’étudiant-entrepreneur gagne du terrain dans l’enseignement supérieur et universitaire, la Région wallonne en encourage le développement à travers des dispositifs dans cinq villes du sud du pays, dont Mons et Charleroi en Hainaut. Comme l’explique le chef de projet du centre Héraclès Marc Dewulf, le start me up challenge vise à préparer des jeunes à relever les défis de la création d’une entreprise.   « Lors de la première édition l’an passé, nous en avions identifié une trentaine. Ce nombre a été réduit à onze pour huit projets très qualitatifs qui touchent le domaine de l’événementiel, de la production et des services » (lire ci contre). Coachés par une trentaine d’experts et par des « entrepreneurs mentors », les candidats affinent leurs compétences en marketing, communication, gestion, finances, relations institutionnelles. Ils échangent de bonnes pratiques, partagent leurs expériences, affinent leurs stratégies. A charge pour eux de réussir huit challenges qui constituent ce que Marc Dewulf appelle le parcours du combattant.  « Pour cela, nous leur proposons pas moins de 27 activités à la carte : rencontres collaboratives, séminaires thématiques, et pour clôturer la campagne 2015-2016, un événement à Charleroi expo (entrée côté ville) dans la soirée du jeudi 21 avril prochain : le start me up meeting, accessible sur invitation, sera placé sous le signe du show et du réseautage, de 18h à 22h30. » Stimuler la créativité et l’envie d’entreprendre, ça marche : V68 en est l’illustration. Cette PME est le fruit de la collaboration de quatre étudiants en marketing de l’UT, Patrick, Maxime, Tom et Samy. « L’an passé, nous avons affiné notre business plan et décroché nos premiers contrats », témoigne Patrick Sungu. La PME a établi ses quartiers au switch coworking de Charleroi, dans l’espace Trésignies.

Le Start me up meeting vise à améliorer l’image de l’entrepreneuriat, recruter de nouveaux candidats et fédérer la première communauté de jeunes entrepreneurs de Belgique francophone. Sur facebook, elle compte déjà près de 800 membres. L’objectif est d’amplifier le mouvement, susciter de nouvelles vocations chez les jeunes dans une tranche d’âge particulièrement touchée par le chômage. Parce qu’il a fait ses preuves, l’événement a de beaux jours devant lui : il doit être reconduit jusqu’en 2020. Deux séries de huit capsules web ont été réalisées pour en faire la promotion. Elles seront bientôt disponibles en ligne.

Charleroi, capitale de l’e-sport

Antoine Brichard figure au nombre des onze étudiants entrepreneurs identifiés lors de l’appel au recrutement de l’édition 2015-2016 du Start me up challenge. Agé de 19 ans, il étudie la gestion à la haute école provinciale Condorcet. Mais il porte un ambitieux projet événementiel pour sa région : organiser à Charleroi l’euro 2017 du sport électronique, l’e-sport, une organisation qui pourrait drainer des milliers de participants. Un projet inédit en Belgique à ce jour. L’e-sport, c’est le nom de la compétition vidéo en réseau. Les participants s’affrontent dans des jeux de stratégie et de combat, chacune de leurs actions est expliquée par des commentateurs. L’e-sport représente un marché annuel de plusieurs milliards d’euros dans le monde. Antoine Brichard y voit une opportunité à la fois économique et stratégique pour Charleroi. S’il travaille depuis plusieurs mois sur le projet, il reste encore pas mal de pain sur la planche. Un défi qu’il relève en menant ses études supérieures.