Le plan du gouvernement bruxellois pour soutenir l’économie après les attentats

Le ministre Didier Gosuin a annoncé une série de mesures au parlement, dont l’exonération de la taxe de séjour pour les hôtels. En matière de sécurité, un centre de crise régional sera créé.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Depuis les attentats, l’économie bruxelloise souffre. Ce jeudi, le gouvernement régional a approuvé une série de mesures visant à soutenir plusieurs secteurs d’activité. Didier Gosuin, ministre de l’Emploi et de l’Economie (Défi), en a évoqué trois au parlement.

Les hôtels seront exemptés de la « city tax », la taxe de séjour, de façon temporaire. L’exécutif bruxellois débloque 12 millions d’euros pour soutenir le secteur hôtelier. Un effort légitime, puisque, selon la Brussels Hotel Association, le taux d’occupation est en baisse de 40 %. Deuxième mesure : via le fonds de garantie, la Région pourra se porter garante auprès des entreprises qui rencontrent des problèmes de trésorerie liés aux attentats. En outre, un fonds spécifique de crédits de crise sera créé à la SRIB (société régionale d’investissement de Bruxelles) à destination des entreprises qui se situent dans les zones impactées, pour un montant total de 3,5 millions d’euros. Pour Didier Gosuin, ces mesures constituent « un geste fort à l’égard du monde économique ».

Selon lui, le fédéral devra également participer à l’effort, via l’annulation partielle de dettes (en jouant sur les cotisations sociales ou patronales, par exemple).

Un centre de crise régional

Le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort (PS) a, dans la foulée, annoncé la désignation du haut fonctionnaire en charge de la sécurité civile et de la planification d’urgence. Un centre de communication et de crise régional sera mis en place, avec un développement accéléré de la plateforme de vidéosurveillance.

Une réflexion sur l’image de la capitale

Le ministre Didier Gosuin s’est également exprimé sur l’image de Bruxelles. « Nous examinerons toutes les mesures à court, à moyen et à long terme pour redonner une image sereine de Bruxelles à l’extérieur mais aussi en interne. » Pour rappel, après les attentats de Paris de novembre, la Région et la Ville de Bruxelles avaient lancé plusieurs campagnes pour redorer le blason de la capitale. Pour Didier Gosuin, il est prématuré, pour le moment, de lancer une nouvelle campagne, mais la réflexion sera menée.

Le 28 avril se tiendra un « séminaire gouvernemental exceptionnel » pour étoffer les mesures en matière de sécurité et de soutien à l’économie, après une rencontre avec les partenaires sociaux.

À lire aussi Notre dossier sur les attentats de Bruxelles À lire aussi Sans les touristes, les Bruxellois continuent à vivre

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une