Liège-Bastogne-Liège: le Néerlandais Poels surprend les favoris sous la neige

Sans Philippe Gilbert, malheureusement blessé, cette 102e édition de Liège-Bastogne-Liège semblait être lancée avec moins de saveur. La météo est pourtant venue ajouter du piquant à cette Doyenne avec le froid et des averses hivernales sur les hauteurs. On était encore loin des tempêtes de neige de 1980, mais ce froid faisait mal aux spécialistes des Ardennaises, plutôt habitués au soleil et aux températures douces, comme sur les routes des prochains Grands Tours.

La neige a en tout cas perturbé l’organisation qui a dû modifier le parcours entre le kilomètre 55 et le kilomètre 75 suite à des routes blanchies par les averses hivernales. Le peloton a finalement retrouvé le tracé initial sur la première côte de la journée, la côte de la Roche-en-Ardenne. Avant la grande bataille.

> Cliquez ici pour voir la vidéo sur mobile.

Une échappée matinale se formait toutefois rapidement malgré ces conditions difficiles : le Belge Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) faisait ainsi partie d’un groupe de huit coureurs qui prenait jusqu’à neuf minutes d’avance sur un peloton contrôlé par les Movistar et Etixx-Quick Step. Et même si la course ne s’emballait pas directement, le temps froid faisait mal aux gambettes : près de trente coureurs renonçaient à la mi-course.

L’échappée matinale perdait des éléments au fil des ascensions mais dans le peloton, personne n’osait vraiment lancer de grande offensive avant la côte de la Roche-aux-Faucons, à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. Les attaques étaient toutefois très timides… Personne ne parvenait à prendre plus de dix secondes d’avance sur ces routes usantes.

(Photo : Belga/Nicolas Lambert)

C’est seulement dans la dernière côte de la journée, la rue Naniot, que les plus forts pouvaient enfin s’isoler avec le Suisse Michael Albasini (Orica-GreenEDGE) réalisant l’écrémage au sommet de cette nouvelle ascension pavée située à 3 kilomètres du but. Le coureur helvète filait ainsi avec le Portugais Rui Costa (Lampre-Merida), l’Espagnol Samuel Sanchez (BMC) et le Néerlandais Wout Poels (Sky).

Une bagarre psychologique s’amorçait alors entre les quatre coureurs dans la dernière montée, vers le sommet d’Ans, mais à la sortie du virage à 250 mètres de la ligne, c’est Poels qui filait en tête et tenait la distance face à Albasini, pourtant réputé meilleur sprinter. Le grimpeur batave s’offre ainsi sa première grande classique devant Albasini et Costa, tandis que Dylan Teuns s’offre la place de premier Belge, en seizième position.

> Cliquez ici pour voir la vidéo sur mobile.

> Les résultats :

1. Wout Poels (P-B/SKY) les 248.0km en 6h24:29 (moy. 38.70 km/h)

2. Michael Albasini (Sui/OGE) à 0:00

3. Rui Costa (Por/LAM) 0:00

4. Samuel Sanchez (Esp/BMC) 0:04

5. Ilnur Zakarin (Rus/KAT) 0:09

6. Romain Bardet (Fra/ALM) 0:11

7. Roman Kreuziger (Tch/TNK) 0:12

8. Joaquim Rodriguez (Esp/KAT) 0:12

9. Bauke Mollema (P-B/TFS) 0:12

10. Diego Rosa (Ita/AST) 0:12

> Cliquez ici pour revivre le direct sur mobile.