Le Tétras-lyre disparaît de nos régions

Les tétras-lyre, ou petits coqs de bruyères sont menacés de disparition en Belgique, d’après la RTBF. Dans les années 70, on en dénombrait plus de cent sur le Haut Plateau des Fagnes. Mais, leur population a aujourd’hui nettement diminué.

Au printemps, on peut observer la parade des mâles, ce qui permet de les comptabiliser. Ces petits coqs de bruyères vivent dans les tourbières, les landes et les nardaies. « L’année dernière, on comptait onze mâles dans la réserve domaniale des Hautes Fagnes, et cette année nous n’en avons malheureusement plus compté que quatre », explique Pascal Ghiette, attaché scientifique au département d’étude du milieu naturel et agricole de la Région wallonne, à la RTBF.

Dérangement et prédation

Depuis plusieurs décennies, le tétras-lyre a déjà disparu de la Campine, de Lorraine et des autres hauts plateaux de Wallonie. Plusieurs facteurs causent le déclin de cette espèce dans nos régions. Le principal est la disparition et le fractionnement de son habitat.

Durant certaines périodes cruciales comme l’hiver et l’époque de la reproduction, il est important d’éviter au maximum le dérangement de cet oiseau. Pour cette raison que certaines zones de la réserve sont interdites au public.

D’autres éléments provoquent également disparition du tétras-lyre d’après Pascal Ghiette : « Différents facteurs permettent d’expliquer cette diminution au fil du temps : la modification de l’habitat, les prédateurs, les changements climatiques, les maladies, la concurrence d’autres animaux comme le sanglier pour les couvées par exemple. »

Les petits coqs de bruyères doivent également affronter nombre de prédateurs comme les sangliers, renards ou corneilles. « Depuis trois ou quatre ans, on peut aussi contrôler les prédateurs donc il y a eu des traques aux sangliers, des captures de renards et de corneilles, donc on a fait le maximum pour gérer l’espèce », explique Pascal Ghiette à la RTBF.

Une solution possible

En Europe, le tétras-lyre vit dans les Alpes, au Royaume-Uni, dans certaines moyennes montagnes d’Europe de l’Est et en Scandinavie. En Finlande, où ils sont nombreux, quelque 350.000 de ces oiseaux ont été abattus l’année dernière.

Une solution pour enrayer leur disparition serait de tenter d’en importer pour repeupler les Fagnes. « Ça s’est déjà fait dans d’autres pays mais avec des succès en général relativement mitigés, mais c’est envisageable, d’après Pascla Ghiette. C’est en discussion au niveau de la Région wallonne. Les tétras-lyres pourraient éventuellement s’adapter sur le plateau fagnard. C’est une espèce qui vit normalement en montagne ou à proximité du cercle polaire arctique. »