Concours Reine Elisabeth: l’arbre qui cache la forêt des pianistes