Manifestation nationale le 24 mai, grève générale le 24 juin

La FGTB a tranché et annonce un nouveau plan d’action. La CSC pourrait embrayer.

Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

La FGTB a tranché : une manifestation nationale le 24 mai à Bruxelles et une grève générale le 24 juin. Les instances du syndicat socialiste ont officialisé cette décision ce mardi matin, après un vote à l’unanimité.

Les deux autres syndicats, la CSC et la CGSLB participeront eux aussi à la manifestation du 24 mai. Mais tant le syndicat chrétien que le syndicat libéral doivent encore se prononcer sur la grève. La décision de la CSC est attendue dans l’après-midi. Le syndicat libéral réunira ses instances la semaine prochaine.

À lire aussi Menace de grève: le retour de l’angoisse citoyenne

La limite maximale des heures supplémentaires étendue

Ce regain de mobilisation intervient après la décision du gouvernement, début avril, de réformer les dispositions légales sur le temps de travail. Ainsi, dès l’an prochain, les salariés du secteur privé pourront être appelés à travailler jusqu’à 45 heures certaines semaines, et pourront alléger leur temps de travail à d’autres périodes de l’année. La moyenne annuelle devant rester égale à 38 heures par semaine. Jusqu’ici, la moyenne devait être atteinte sur un trimestre. Le gouvernement a également étendu la limite maximale des heures supplémentaires. Et a introduit un quota de 100 heures supplémentaires qui pourront soit être payées, soit être épargnées pour permettre au salarié de prendre une pause carrière rémunérée ou partir en pension anticipée.

Les syndicats critiquent cette réforme parce qu’ils estiment que les représentants syndicaux sont exclus de la négociation et que le salarié se retrouvera seul face à son employeur, sans représentation syndicale et qu’il sera contraint d’accepter les horaires et les heures supplémentaires.

À lire aussi Kris Peeters: «Non, on ne passe pas à la semaine des 45 heures»

Dans nos colonnes ce mardi, le ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V), justifiait sa réforme et indiquait qu’il la maintiendra. « Certains syndicats affirment que j’introduis la semaine de 45 heures. C’est faux. La semaine des 38 heures reste d’application, mais est calculée sur une plus longue période. »

Lors de la dernière manifestation nationale, le 7 octobre 2015, les syndicats avaient mobilisé 100.000 personnes.

 

À lire aussi Menace de grève: le retour de l’angoisse citoyenne À lire aussi Kris Peeters: «Non, on ne passe pas à la semaine des 45 heures»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une