La cellule djihadiste de Verviers projetait de décapiter en direct un magistrat belge

L’information a été confirmée par un colonel de gendarmerie français.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

C’est une confirmation : la cellule djihadiste démantelée à Verviers le 15 janvier 2015 projetait bien de couper la tête d’un haut responsable belge, puis de diffuser les images sur internet. Un projet macabre dévoilé vendredi au cours d’un colloque (raconté par « Le Point », il était manifestement passionnant) par le colonel Hubert Bonneau, commandant du GIGN (les forces d’intervention de la gendarmerie française).

« L’année dernière, après les attentats du mois de janvier, la Belgique a fait appel à la France dans le cadre d’une opération à Verviers, raconte le commandant. L’idée des terroristes était d’enlever une haute autorité belge et de la décapiter en direct pour mettre les images sur les réseaux. Le GIGN est intervenu en Belgique, il y a eu une demande de coopération internationale qui a fonctionné. » A noter : le commandant du GIGN n’apporte pour autant pas de preuve formelle. Mais cette parole officielle vient conforter une information parue peu après l’assaut qui a coûté la vie à deux djihadistes, dont « Le Soir » s’était fait l’écho à l’époque, selon laquelle « les terroristes avaient développé un projet d’enlèvement d’un magistrat, pour le décapiter et diffuser les images de leur crime sur internet ».

Procès de la cellule djihadiste lundi

Le projet n’était pas encore abouti, puisque les écoutes téléphoniques avaient révélé qu’à côté de ce projet lugubre, la cible des terroristes était des policiers et des bâtiments de justice. Des kalachnikovs et des substances pouvant servir à produire des explosifs de type TATP avaient été découverts dans l’appartement conspiratif.

Tous ces éléments, les magistrats vont tenter de les éclaircir, dès ce lundi 9 mai, avec l’ouverture du procès de la cellule terroriste de Verviers. Les débats sont prévus pour trois semaines environ, à raison de sept audiences hebdomadaires. Dans ce dossier, seize personnes sont prévenues pour participation à des activités d’un groupe terroriste et certaines d’entre elles pour avoir planifié des attentats en Belgique. Seulement, neuf personnes manqueront leur procès. Huit d’entre elles seraient en Syrie. Et le Belge Abdelhamid Abaaoud, chef présumé du réseau, est mort en novembre dernier dans l’assaut de Saint-Denis.

À lire aussi La descente vers le radicalisme de Sofiane, tué à Verviers À lire aussi Comprendre le procès de la filière de Verviers, celle qui annonçait Paris et Bruxelles

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une