S'identifier S'abonner

«Au bout de la rue», un court-métrage pour dénoncer le harcèlement de rue

« Tu vas où comme ça ? Tu vas chez toi ? Je t’accompagne »…

Par la rédaction

Temps de lecture: 2 min

Un plan séquence de trois minutes et quelques mots pour dénoncer le harcèlement de rue. « Au bout de la rue » est un court-métrage réalisé par le Français Maxime Gaudet. Posté sur YouTube à la mi-mars, il a déjà été vu plus de 18.000 fois.

Le synopsis est simple, après une soirée, une jeune femme se sépare de ses amis pour rentrer. Trois minutes à pied, mais trois minutes de tension pour enfin regagner l’appartement de son copain, saine et sauve. Pourtant, elle n’aura pas échappé aux insultes et aux propositions indécentes des passants qu’elle croise. Maxime Gaudin, qui s’est confié au magazine Terrafemina il y a quelques jours, a toujours gardé en tête que le harcèlement de rue était vu comme un comportement normal. « Je voulais qu’à la fin de l’histoire, quand elle raconte ce qui lui est arrivé, on puisse lui dire : ’Oh ça va, il t’est rien arrivé’. Car c’est ça le pire : le harcèlement de rue est vu comme un comportement anodin et quotidien. Or, ça ne l’est pas », explique-t-il.

« Mais elle ne me répond pas cette conne ! »

S’il n’a jamais été directement concerné par le harcèlement de rue, Maxime Gaudet explique que chacun «  a son rôle à jouer ». Notamment, « en ne minimisant pas la violence dont sont victimes les femmes dans la rue et les conséquences que cela peut avoir ». Si le jeune réalisateur effleure le sujet du harcèlement avec « Au bout de la rue », il est conscient qu’avec les récentes révélations concernant l’affaire Baupin, « le harcèlement sexuel survient dans toutes les sphères de la société ». Et pas uniquement qu’en rue.

La semaine dernière, en effet, Mediapart et France Inter avaient publié les témoignages de certaines des collègues du député Denis Baupin, l’accusant de harcèlement et d’agression sexuelle. Le vice-président de l’Assemblée Nationale avait alors été contraint de démissionner. Depuis, une quinzaine d’anciennes membres du gouvernement ont signé l’appel contre le harcèlement « Nous ne nous tairons plus » où elles dénonçent « l’omerta et la loi du silence » face au harcèlement sexuel.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP